En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Portraits de Stars

Sheila version intégrale

Article par Cyril-Claire COURNOYER , le 02/06/2007 à 00h00 , modifié le 21/07/2008 à 16h51 0 commentaire

À l'occasion de la sortie de l'intégrale de la chanteuse, nous l'avons rencontrée. Une interview pleine de simplicité et de philosophie !

C'est grâce à Sheila que j'ai notamment mangé des carottes, ou que j'ai accepté de ne pas trop regarder de dessins animés. A 4 ans, j'étais tellement fan de l'artiste que mes parents avaient trouvé le bon filon : " Sheila adore les carottes, mange les tiennes", " Sheila préfère les petites filles qui se couchent tôt, file au lit ! " Donc, la rencontrer 30 ans plus tard, c'est un instant un peu irréel. On se dit qu'après avoir adulé toute sa petite enfance cette figure de la chanson française, on va forcement être déçue. Et bien non, bien au contraire. Il se dégage d'elle une vraie sérénité. J'étais pourtant la cinquième journaliste de la journée à l'interviewer, et je n'ai ressenti aucune impatience de sa part. Aucun bateau n'a tangué. Cette rencontre qui devait tourner autour de la sortie de son disque s'est finalement transformée en belle leçon de vie !

Le résumé d'une vie 
366 titres réunis sur 18 albums. Colossal. "Avant la sortie de cette intégrale, j'avais l'impression de n'avoir vécu que 20 ans de carrière ! J'en avais donc zappé 24 ! Si je devais donner un conseil, ce serait de garder des souvenirs tout au long de sa vie. Sinon, on oublie son histoire, on s'oublie tout court. " Pour souligner la sortie de ce coffret, Sheila a décidé de retourner sur scène, au Cabaret Sauvage à Paris, du 19 au 24 décembre, puis en tournée dans toute la France. " Ce sera un spectacle très dépouillé, unplugged.
Nous serons cinq sur scène. Je serai entourée de deux guitaristes, un pianiste et une choriste. Je vais revisiter mes chansons de toutes les époques. Certaines même, telle C'est écrit, née en 1973, que je n'ai jamais rechanté depuis ! C'est le résumé d'une vie. La base et ce qu'il en reste. C'est à dire de jolies chansons. Parce que j'ai chanté quelques trucs merdiques, mais surtout de belles choses. " Le choix du Cabaret Sauvage n'est pas un hasard. Sheila a craqué pour ce cirque. " C'est là d'où je viens. Un vrai retour aux sources. Je suis très fière de faire ce spectacle, où je me déshabille en quelque sorte. C'est très difficile de se livrer comme ça. Mais aujourd'hui, je n'ai plus besoin d'artifices. " En contemplant les pages de sa vie, la chanteuse est très heureuse d'avoir tenu jusque là. " Mon seul regret professionnel, c'est de ne pas avoir fait de comédies musicales. J'aurais adoré monter Cabaret à Paris. J'ai un vrai fantasme de Broadway. J'étais faite pour cela, mais la vie m'a simplement menée ailleurs. "

Outrepasser ses propres barrières 
On perçoit alors une réelle sérénité face à cette carrière. En même temps, Sheila a toujours vécu tournée vers l'avant. Elle a fait carrière aux Etats-Unis en plein vague disco, a devancé les modes... Qu'est-ce qui la faisait courir alors ? " Ça a toujours été le rêve. Puis je n'ai jamais aimé suivre le troupeau. J'aime bien faire ma route toute seule, même si j'ai eu la chance de rencontrer des gens qui m'ont apporté beaucoup de choses. Je ne me suis jamais ennuyée, je n'ai pas eu le temps ! " Pourtant, bon nombre de célébrités qui passent de la lumière à l'ombre ressentent alors un vide. Un manque de scène, manque du public. Quand la chanteuse a décidé d'arrêter de chanter après une carrière si remplie, elle n'est jamais restée inactive. " J'écris, je sculpte. C'est drôle cette envie que j'avais de toucher de la terre. Rien que d'en parler, j'ai les mains qui brûlent ! Beaucoup de femmes s'ennuient. Mais on se crée ses propres barrières. Il n'y a pas d'âge pour se découvrir des passions. Moi, même si j'avais 48 heures en une journée, je n'aurais pas le temps de faire tout ce que je souhaite accomplir. Je dis souvent aux gens qu'il faut parfois aller là où on ne s'imaginait même pas qu'on pouvait aller. C'est d'ailleurs souvent là qu'on est le plus heureux. " A en constater le fabuleux destin de Sheila, on ne demande qu'à la croire.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience