En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Portraits de Stars

Mireille Darc, réalisatrice

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 29/04/2007 à 00h00 , modifié le 21/07/2008 à 17h46 0 commentaire

A l'occasion d'une récente campagne d'information sur l'ostéoporose, maladie qui rend les os poreux, nous avons rencontré Mireille Darc qui a réalisé un film plein de sensibilité. Elle nous parle de ce reportage et de son métier de réalisatrice. Portrait d'une femme de coeur.

La sincérité des femmes
Depuis quelques années on entend plus souvent parler de Mireille Darc comme réalisatrice que comme actrice. Elle a en effet réalisé de nombreux reportages autour de la thématique des femmes : la prostitution, la prison, la nutrition ou bien encore l'approche de la cinquantaine. " J'aime bien les femmes, nous confie l'actrice, j'ai plus de facilité à leur parler. Je les trouve plus sincères que les hommes qui apportent trop d'importance au paraître. Je ne sais pas comment les approcher. "
Dans le film " Les femmes cassées " elle dresse le portrait de quatre femmes touchées par cette maladie. Un reportage très riche émotionnellement. " J'ai été totalement libre de choisir l'angle. Je voulais faire quelque chose d'humain comme dans tous mes films, que l'on voie ses femmes vivre dans leur quotidien avec les problèmes liés à la maladie. Je souhaitais aussi que les médecins répondent à mes interrogations de femme sans avoir un discours institutionnel. Car comme l'avoue la comédienne " je n'y connaissais rien à l'ostéoporose, je ne m'en étais jamais vraiment préoccupée. Ce n'est pas un sujet dont on parle spontanément entre amies, ni même avec son gynécologue. Pour moi beaucoup de choses sont liées à la nutrition et je pensais qu'à partir du moment où j'avais une alimentation équilibrée, ce type de problème ne pouvait pas me toucher. J'ai appris que je me trompais. "
Depuis elle s'est empressée de passer un examen (une ostéodensitométrie) pour vérifier si tout allait bien.

Des moments forts de vérité
L'actrice a cette simplicité, cette écoute qui font qu'elle attire facilement les confidences et c'est ce qui s'est passé avec ces quatre femmes. " Une relation de confiance s'est immédiatement instaurée entre nous. J'ai trouvé le bon ton avec elles et elles ont senti que je ne trahirais pas leurs propos. Nous avons eu un vrai échange. " Il en résulte des moments très émouvants avec notamment Monette et son mari. Presque aveugle, percluse de douleurs, son mari s'occupe d'elle comme d'un enfant et l'amour qui les unit remplit l'écran. Grâce à ses films, l'actrice vit des moments forts de vérité qu'elle confie ne jamais avoir vécu au cinéma où elle était surprotégée. Là, elle est en première ligne. " Il y a une force incroyable qui se dégage des interviews souligne-t-elle. Ce nouveau métier m'a ouvert l'esprit, apporté une culture énorme. "
Mireille Darc travaille seule, sans assistante pour se documenter ou préparer ses interviews. Cela lui permet de rester fidèle à une éthique et d'être totalement honnête dans ses engagements quels qu'ils soient.
On sent qu'elle prend beaucoup de plaisir au contact de toutes ces femmes. Pour preuve le fil n'est jamais coupé après le dernier clap. Son carnet d'adresses regorge d'ailleurs de numéros de téléphones que ce soit celui de Monette, d'Alice ou de Louise " juste pour leur faire un petit coucou de temps en temps, prendre des nouvelles de ces femmes qui m'ont fait confiance " conclut cette " grande sauterelle* " si attachante.
*son surnom au début de sa carrière

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience