En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Portraits de Stars

Mathilda May, un premier roman abouti

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 02/08/2007 à 00h00 , modifié le 21/07/2008 à 17h45 0 commentaire

Depuis quelques années l'actrice se faisait rare sur les écrans. Le temps pour elle de s'occuper de ses enfants et d'écrire son premier roman intitulé " Personne ne le saura ". Plurielles.fr l'a rencontrée. Elle nous parle de son envie d'écrire et revient sur son parcours cinématographie.

Cette jolie brune pulpeuse a tourné avec des grands réalisateurs français comme Chabrol, Demy, Deville, Lautner... et des acteurs tout aussi prestigieux Montand, Serrault, Lhermitte, Coluche et même Richard Gere. Aujourd'hui, on la découvre dans un autre rôle, celui d'écrivain. Elle publie son tout premier roman " Personne ne le saura " qui raconte la vie décousue de deux femmes dont les destins sont marqués par le désespoir. Une rencontre inattendue va alors bouleverser leur vie. Une belle histoire, au scénario bien ficelé qui captive le lecteur. Mais on ne vous en dira pas plus pour ne pas dévoiler l'intrigue.
Après avoir commandé un thé et quelques viennoiseries, ôté ses lunettes noires, nous commençons l'interview. Tout au long de notre discussion, derrière la beauté intacte de l'actrice, je découvre la gentillesse et la simplicité de la femme.

 Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous lancer dans l'écriture ?

Mathilda May
Arnaud Février © Flammarion

Mathilda May : Je n'osais pas m'avouer cette envie d'écrire. La littérature représente à mes yeux quelque chose de sacré. Certainement parce que je connais mal ce domaine. Comme je manque de culture à ce niveau, je m'en faisais un monde. Mais après avoir lu de nombreux écrits de gens qui se disaient écrivain ou scénariste, je me suis dit pourquoi pas moi ? La rencontre avec mon éditeur, m'a fait comprendre que j'en étais capable et m'a permis de prendre confiance en moi. Il m'a encouragée à mener à bien ce projet.

Qu'est-ce que vous a apporté cet exercice ?
Mathilda May : J'ai accédé à une certaine liberté d'expression dont j'avais besoin. Je ne voulais plus être dépendante du regard et du désir des autres, comme je l'ai beaucoup été avec mon métier de comédienne. Pour moi, écrire est une façon de partager des émotions, d'aller vers les autres et pas l'inverse, comme c'était le cas jusqu'à présent.

Quelle a été votre méthode de travail ?
Mathilda May : A vrai dire, je n'ai pas suivi de méthodologie particulière, pas structuré d'histoire, j'ai laissé venir les choses sans savoir où j'allais réellement. Et ce fut assez magique, c'est comme si les mots venaient tout seuls. Mais je n'ai parlé à personne de mon projet, je me disais que si ça ne me convenait pas " Personne ne le saura ". Si je n'allais pas au bout, je n'aurais pas à me justifier. J'ai mis un an à l'écrire, car le déroulement de l'histoire demande beaucoup de rigueur.

Vos personnages féminins font appel à la chirurgie esthétique. L'apparence est-elle importante pour vous ?
Mathilda May : Je pense que l'apparence a plus d'importance à partir d'un certain âge. Quant à la chirurgie esthétique, si elle semble aujourd'hui entrée dans les mœurs, faut-il courir après la jeunesse à tout prix ? Non, je ne crois pas. Mais je ne suis pas contre quand une personne souffre réellement. Ce n'est toutefois pas sur la table d'opération d'un chirurgien plasticien qu'on règle ses problèmes.

On va vous revoir prochainement sur les écrans, quel regard portez-vous sur votre carrière ?
Mathilda May : Je ne regrette rien dans mon parcours. J'ai fait de belles et moins belles rencontres et c'est grâce à tout ce que j'ai vécu, que j'en suis là aujourd'hui. Mettre ma carrière entre parenthèses pendant quelques années était essentiel, même si c'est dur d'être moins désirée. Je ne me reconnaissais pas dans l'image qui se dégageait de moi. Je n'avais aucune confiance en moi. J'ai eu envie d'être moi-même pour mes enfants et que l'on sache qui j'étais vraiment. J'ai désormais besoin de reconnaissance et non de célébrité. Claude Chabrol est venu me chercher vingt ans après, il y a un rapport de confiance entre nous. Lui me connaît bien et je suis contente de le retrouver.

" Personne ne le saura " de Mathilda May
Editions Flammarion 19 €
Son actualité : elle vient de tourner dans le dernier film de Claude Chabrol avec Ludivine Sagnier, François Berléand et Benoît Magimel (sortie non communiquée) et prépare un spectacle co-écrit avec Pascal Légitimus.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience