En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Portraits de Stars

Maruschka Detmers, premier rôle poignant

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 04/08/2007 à 00h00 , modifié le 21/07/2008 à 17h49 0 commentaire

Pour sa première apparition sur une scène de théâtre, Maruschka Detmers n'a pas choisi la facilité. Elle joue actuellement à la Gaîté Montparnasse à Paris dans "L'arbre de joie", le rôle d'une femme atteinte d'un cancer. Rencontre.

Co-écrit par Louis-Michel Colla et David Khayat, célèbre cancérologue, " L'arbre de joie " aborde le délicat sujet du cancer, de l'échec des thérapies chez une patiente et de l'essai d'un traitement expérimental dont les effets secondaires ne sont pas totalement connus.

Maruschka Detmers, François Berléand
Les comédiens et le metteur en scène de
la pièce - ©abacapress.com
Tous les acteurs sont formidables de justesse, à commencer par François Berléand, le Professeur Lacombe, à la fois distant et hautain, mais beaucoup plus humain qu'il ne veut le laisser paraître. Maruschka Detmers est remarquable dans le rôle de Marie, femme blessée, meurtrie par la maladie. Et malgré la dureté du sujet, l'humour est très présent. Car les auteurs n'ont pas oublié que rire fait aussi partie de la vie et de la guérison.
Marie Parouty et François-Xavier Demaison, les assistants du Professeur Lacombe, ne sont pas en reste.

A la fin du spectacle, l'émotion était vive dans la salle. Gentiment, Maruschka Detmers nous a accordé une interview.

Pour votre première pièce de théâtre, vous avez choisi un rôle difficile, avez-vous hésité avant de l'accepter ?
Non, je n'ai pas hésité une seconde. Pourtant, jusqu'à présent, j'avais toujours refusé de faire du théâtre. Pour moi il n'y avait que les grands, les vrais acteurs qui pouvaient exister sur scène.

Vous êtes formidable de justesse et de sensibilité. Comment vivez-vous cette expérience théâtrale ?
Je n'aurais jamais pensé pouvoir ressentir autant de plaisir à jouer sur une scène. Ca réconcilie avec le métier d'acteur. C'est comme si ça remplissait un vide, car quand on joue au cinéma il n'y a pas de répondant. Au théâtre on n'est pas figé dans une image. Selon le public, c'est différent tous les soirs. A chaque représentation, on partage des moments uniques qu'on ne revivra jamais.

Est-ce un sujet qui vous a touché personnellement ?
Oui, le papa de ma fille est décédé il y a un peu plus d'un an d'un cancer. Je l'ai accompagné jusqu'au bout. Mais je n'ai pas accepté ce rôle pour en faire une thérapie. Non, à travers le personnage de Marie, j'avais envie de transmettre un message, dire aux personnes concernées qu'elles ne sont pas seules à vivre cette maladie et les moments terribles qui l'accompagnent.

Avant d'interpréter cette pièce, connaissiez-vous le Professeur Khayat, le co-auteur de la pièce ?
Non pas du tout. Lors de la préparation de la pièce, j'ai découvert un homme très humain, proche de ses patients, plein d'effusions. Et tous les médecins ne sont pas comme cela, j'ai hélas pu le constater.

Quels sont vos projets ?
Je suis au théâtre jusqu'à la fin mai. J'ai deux films en projet. Je commencerai d'ailleurs le tournage du premier quand je serai encore sur scène.

" L'arbre de joie "
avec Maruschka Detmers, François Berléand, François-Xavier Demaison et Marie Parouty.
Théâtre de la Gaîté Montaparnasse

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience