En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Video. Miss France 2014 : séance relooking, dans la peau d'une Miss

Article par , le 25/11/2013 à 19h00 0 commentaire

Avant leur départ au Sri Lanka, les 33 Miss en compétition pour le titre de Miss France 2014 ont dû passer par l'étape relooking. Entre appréhension et excitation, immersion dans la peau de ces futures reines de beauté...

Mercredi 13 novembre, dans la matinée. Les 33 Miss régionales en compétition pour le titre de Miss France 2014 pénètrent dans les locaux de l'école Elysée Marboeuf. Elles viennent se faire maquiller et surtout, elles viennent apprendre. Les techniques, les couleurs, les produits, le maquillage. Elles regardent et prennent des notes. Le but ? Savoir se mettre en valeur pour le jour J, soit le 7 décembre 2013, pour la soirée de l'élection. Mais aussi pour tous les autres jours de l'année, si elles viennent à être élues reine de beauté nationale. Pas le temps d'y penser pour le moment, il s'agit d'être concentrée et...de profiter. Profiter de ces moments de détente pendant lesquels on les chouchoute. Certes, la compétition est lancée. Mais les filles prennent d'abord le temps de se découvrir. Certaines ont les yeux plein d'étoile, conscientes qu'elles ont mis un pied dans ce monde de strass et de paillettes dont elle rêvait depuis des années. "C'est déjà une belle victoire pour moi" confie Miss Franche Comté, un large sourire sur le visage. Elle raconte avoir appris, au cours de cette séance, qu'il était nécessaire de foncer ses pommettes à l'aide d'un blush pour masquer sa mâchoire carrée. Un conseil pratique dont elle se servira, même si elle ne remporte pas la victoire.

Deux heures plus tard, direction Saint Algue pour l'étape coiffure. La tension est à son comble pour les Miss, qui tremblent à l'idée qu'on coupe leurs cheveux. Elles mettent leur appréhension de côté, et se rappellent qu'elles sont là pour être conseillées et "embellies". "J'ai une totale confiance en eux" clame Miss Lorraine, les mains posées sur ses genoux, calme. Miss Limousin, elle, scrute les autres Miss, en écoutant leur diagnostic. "J'ai des cheveux très longs et j'ai peur qu'on me les coupe au niveau des épaules" confie-t-elle, nerveuse. Cathy Monnier, directrice artistique de Saint Algue, qui s'occupe des futures Miss depuis des années, fait le tour des différentes candidates et donnent ses instructions à son équipe. "Soin noisette, mèche en M, dégagez le visage". Les consignes s'enchaînent. Miss Guadeloupe sonde les autres candidates : "y'a personne qui fait de couleur là les filles ?". Elles regardent toutes leur post it et les lisent à haute voix. Ouf de soulagement : elles ont toutes, à peu près, la même chose. Au fur et à mesure, les 33 Miss régionales relâchent la pression. C'est l'heure du shampooing, et du massage du cuir chevelu qui l'accompagne. Les jeunes filles se détendent, ferment les yeux, oublient, l'espace d'un court instant, qu'elles vont bientôt s'envoler pour le Sri Lanka. Qu'elles vont devoir retrouver leurs talons, apprendre à marcher avec, répéter leurs chorégraphies, essayer leurs robes et affronter le public et le jury, le 7 décembre prochain.

L'accalmie est de courte durée. Après cette douce pause, côté bac à cheveux, les Miss doivent retrouver leurs places. Pleuvent quelques coups de ciseaux, suivis de regards inquiets. Puis, le soulagement. Les cheveux bouclés, rayonnantes, les Miss s'observent dans le miroir, émerveillées. Elles ne peuvent s'empêcher de glisser une main dans leurs cheveux, sous l'œil réprobateur de Cathy Monnier. "On ne touche pas les filles". Miss Alsace nous déclare, tout sourire : "je n'avais pas peur de passer entre leurs mains, ils sont tous là pour nous rendre belle". Mission réussie, haut la main.
 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience