En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Valérie Trierweiler vs. Carla Bruni Sarkozy : décryptage du premier voyage officiel

Article par , le 21/05/2012 à 17h01 , modifié le 21/05/2012 à 17h23 5 commentaires

En amour comme en politique, la pression impression est cruciale. Quelle impression a laissé Valérie Trierweiler lors de son premier voyage officiel ? Décryptage...

Quelques jours seulement après son mariage avec Nicolas Sarkozy, Carla Sarkozy posait le pied en Angleterre et faisait la révérence à la reine. Cinq ans ou presque plus tard, Valérie Trierweiler a fait son premier voyage officiel aux Etats-Unis à la rencontre du couple Obama. Décryptage d'un premier voyage sous les feux des projecteurs...

Carla Bruni Sarkozy copie la reine

1) la descente d'avion
Manteau Dior et bibi assorti pour Carla, l'atout charme du président n'avait pas manqué de séduire le prince Charles et la reine ainsi que la presse anglais, agréablement surprise par la révérence réalisée par la first lady française... A leur arrivée aux Etats-Unis, la descente d'avion du couple Hollande est moins hollywoodienne. Juchée sur des talons hauts Valérie Trierweiler se cramponne à la rampe, mais fait preuve de beaucoup d'élégance dans son manteau blanc signé Gerard Darel de l'été 2012.

2) le protocole
Dans une récente interview dans Elle, Carla Bruni Sarkozy se confiait sur les difficultés des débuts en tant que première, un exercice de style que découvre à son tour Valérie Trierweiler.  A 47 ans, la journaliste connaît les voyages officiels mais découvre le protocole... Petit hic pointé par nos confrères du point, la journaliste a besoin d'un traducteur car elle ne parle pas "fluent english" ce qui ne facilite pas les premiers contacts avec Michelle Obama.. ce qui ne les empêche pas de se faire la bise devant ls photographes.

Valérie trierweiler et Michelle Obama rencontre le 20 mai

 

3) le look

Tailleur pantalon ou robe noire de créateur, Valérie Trierweiler  a choisi des pièces sobres et chics... pas de prise de risques donc et des griffes made in France !

4) l'avis de la presse
Si Carla Bruni avait eu du mal à faire oublier son image un peu sulfureuse de mannequin et chanteuse, c'est le statut de concubinage qui fait réagir aujourd'hui la presse américaine. Elle est "chic, futée, indépendante... et pas mariée" note ainsi la presse américaine, qui compare Valérie Trierweiler à Katherine Hepburn et Lauren Baccall et souligne sa beauté en même temps que son influence politique.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience