En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Valérie Trierweiler veut lutter contre la maltraitance des enfants en 2014

Article par Bénédicte DE MONTVALLON , le 02/01/2014 à 11h27 , modifié le 02/01/2014 à 12h13 0 commentaire

La compagne de François Hollande milite pour que la lutte contre les maltraitances faites aux enfants soit élevée au rang de grande cause nationale 2014.

En ce début d'année, tout le monde, star, politique ou anonyme, se répand en vœux pour 2014. Valérie Trierweiler n'a pas dérogé  à la règle : la compagne de François Hollande s'est exprimée, comme souvent, via Twitter. Mais pour elle, pas question de souhaiter amour, bonheur et santé.
 
La Première Dame a des objectifs plus philanthropiques. Lors de ses vœux pour la nouvelle année, elle a ainsi appelé à ce que la lutte contre l'enfance maltraitée soit désignée comme grande cause nationale pour 2014. "Très bonne année à tous. Que 2014 voie la lutte contre l'enfance maltraitée désignée #grandecausenationale. 2 enfants meurent par jour en France".
 
Pour l'anecdote, Valérie Trierweiler s'y est reprise à deux fois pour envoyer ses vœux, son premier tweet contenant une faute d'orthographe.
 
Ce tweet devrait constituer un soutien de poids pour le sénateur socialiste André Vallini. Ce dernier milite en effet depuis plusieurs mois pour que le combat contre la maltraitance des enfants soit élevé au rang de grande cause nationale pour cette nouvelle année.
 
Le processus d'appel à projets pour choisir la grande cause nationale de 2014 a été lancé le 29 novembre. Les associations ont jusqu'au 8 janvier pour envoyer leurs dossiers.
 
Ce n'est pas la première fois que Valérie Trierweiler s'engage ainsi pour défendre une cause qui lui tient à cœur, et notamment le sujet de l'enfance maltraitée. En juin 2013 déjà, elle s'exprimait sur l'antenne d'Europe 1 pour briser le tabou entourant les violences faites aux enfants. A l'époque elle déclarait : "On ne peut pas rester sans rien faire en tant que journalistes. C'est un combat qu'il ne faudra jamais lâcher. On ne peut pas accepter que deux enfants meurent tous les jours sous les coups des adultes. C'est insupportable".
 
Reste à savoir si ses différents appels seront entendus.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience