En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Valérie Trierweiler refuse de se taire... sur les "scandales humanitaires"

Article par Bénédicte DE MONTVALLON , le 25/11/2013 à 11h14 , modifié le 25/11/2013 à 11h50 0 commentaire

La Première dame n'est pas passée loin d'une nouvelle polémique... Alors que certains pensaient que Valérie Trierweiler voulait s'impliquer dans le débat politique, elle a assuré vouloir se limiter à l'humanitaire.

Vendredi 22 novembre, dans un discours prononcé à l'occasion de la remise du prix Danielle Mitterrand à l'association colombienne "La mesa interbarrial de desconectados", Valérie Trierweiler promettait de "ne plus se taire". Sa petite phrase ayant été mal interprétée, la compagne de François Hollande a tenu à clarifier les choses pour éviter une nouvelle polémique.


C'est via Twitter et son récent compte officiel qu'elle a choisi de le faire. Pour elle, pas question de se taire mais en ce qui concerne les "scandales humanitaires". Valérie Trierweiler n'a donc pas l'intention de s'immiscer dans le champ politique national.
 
Parmi les causes qui lui tiennent à cœur figurent en effet la défense des femmes violées ainsi que le sort des enfants et des réfugiés syriens. Elle réunira ainsi le 6 décembre prochain des représentants des Nations Unies et les premières dames des chefs d'Etat présents lors du sommet franco-africain pour évoquer les violences sexuelles pendant les conflits.
 
Dans ce même discours vendredi, Valérie Trieweiler a rendu hommage à Danielle Mitterrand : "Elle était une première dame qui refusait la soumission, elle n'était  guidée que par le désir de justice et de liberté. Y compris quand elle devait afficher un désaccord avec le président Mitterrand. Elle n'avait pas peur de porter haut les valeurs de gauche. Elle ne se laissait pas bâillonner. Elle n'avait pas peur du mot "politique"".
 
Elle a assuré que Danielle Mitterrand était "une grande dame" et son modèle, promettant que désormais elle ne se tairait plus. Valérie Trierweiler est également ambassadrice de "France Libertés", l'association fondée par l'ancienne Premier dame, pour soutenir les projets d'associations ou de citoyens en faveur de pratiques démocratiques. 
 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience