En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Valérie Trierweiler : portrait de la nouvelle première dame de France

Article par Mélanie ROSTAGNAT , le 07/05/2012 à 10h18 , modifié le 07/05/2012 à 18h09 1 commentaire

Suite à l'élection de François Hollande hier soir à la présidence de la République Française, sa compagne, la journaliste Valérie Trierweiler, doit désormais envisager un nouveau rôle public : celui de première dame de France.

Suite à l'élection de François Hollande qui a remporté près de 52% des suffrages au second tour de l'élection présidentielle hier soir, Valérie Trierweiler succèdera officiellement dans une dizaine de jours à Carla Bruni-Sarkozy en tant que première dame de France. Un rôle que la journaliste dit ne pas avoir défini. Agée de 47 ans, Valérie Trierweiler déclarait en effet récemment qu'elle n'avait pas "trouvé l'école de première dame de France" sur Canal+. 

La compagne de François Hollande assure néanmoins qu'elle continuera à travailler, considérant qu'"être financièrement indépendante est pour (elle) fondamental". Après des études de sciences politiques, Valérie Trierweiler entame une carrière de journaliste politique pour le magazine Paris Match en 1989. Elle scrute alors la vie politique française pendant près de vingt ans, et suit notamment l'actualité du Parti socialiste, avant d'être nommée grand reporter en 2005. La même année, elle rejoint parallèlement la chaîne Direct 8 pour présenter des émissions politiques. "Le pouvoir, je l'ai approché tôt lorsque j'ai commencé mon métier de journaliste politique. Ca ne m'a jamais impressionnée", déclarait-elle fin avril dans les colonnes du magazine Gala

En octobre 2010, Valérie Trierweiler sort de l'ombre alors que François Hollande déclare publiquement qu'elle est "la femme de (sa) vie". La déclaration de candidature de son compagnon à l'élection présidentielle chamboulera ainsi la carrière de la journaliste, qui se retrouve alors évincée de la "vie collective" de Paris Match et reçoit désormais des personalités culturelles sur Direct 8, pour des raisons déontologiques. Passer de "spectatrice engagée" à l'une des actrices de la campagne n'a pas été chose facile pour Valérie Trierweiler. Début mars, elle se découvre avec stupéfaction en couverture de Paris Match, dans le cadre d'un dossier intitulé "L'atout charme de François Hollande : naissance de leur amour. Récit". "Quel choc de se découvrir à la Une de son propre journal. Colère de découvrir l'utilisation de photos sans mon accord ni même être prévenue", s'insurge Valérie Trierweiler sur Twitter.      

Plutôt discrète, Valérie Trierweiler n'est pas pour autant effacée. "On me dit parfois froide. C'est plutôt une forme de réserve. Je n'ai pas de désir particulier de me mettre en avant. J'ai du caractère depuis toujours. Je suis franche et j'aime qu'on le soit avec moi", expliquait-elle récemment au magazine Gala. Sa réserve, elle compte bien l'appliquer en tant que première dame de France, afin de conserver une part de liberté et de pouvoir continuer à travailler "sans doute en-dehors du périmètre français". Elle précise que de toute façon, elle n'aura d'autre choix que de "s'adapter" à son nouveau rôle.  

 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience