En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Valérie Trierweiler : "La liberté, ça a du bon"

Article par , le 13/06/2014 à 11h50 0 commentaire

L'ancienne première dame Valérie Trierweiler était au micro d'Yves Calvi sur RTL ce vendredi matin et a évoqué sa nouvelle vie de femme "libre".

Séparée de François depuis quelques mois, l'ancienne première dame n'en demeure pas moins présente. Elle poursuit en effet ses actions auprès d'associations et de causes qui lui tiennent à cœur, comme celle des adolescentes détenues et torturées par Boko Haram au Nigéria. Au micro d'Yves Calvi sur RTL, elle est venue défendre la cause de ses jeunes femmes, alors qu'un congrès sur le viol en temps de guerre se tient justement à Londres. Elle révèle qu'une lettre ouverte écrite par Tahar Ben Jelloun sera publiée samedi dans Le Monde et signée par de nombreuses personnalités telles que Isabelle Adjani, Monica Belucci ou encore Carla Bruni-Sarkozy.
 
Cependant, les actions menées par Valérie Trierweiler sont souvent critiquées et beaucoup s'interroge sur ses véritables motivations. Questionnée à ce sujet par le journaliste, l'ex de François Hollande n'a pas semblé trop affectée : "Je crois que ça s'est vu quand j'étais à l'Elysée que je n'ai pas trop géré mon image. Alors pourquoi voulez-vous que je la gère maintenant alors que je n'ai plus rien à attendre ? Aujourd'hui, je suis moi-même", avance-t-elle.
 
En parlant de l'Elysée, Yves Calvi n'a pas manqué de lui demander où en était sa relation avec le Président. "Les rapports sont cordiaux. Les choses s'apaisent", confie-t-elle. Interrogée sur le "Hollande bashing" dont son ancien compagnon est victime, elle semble rester sensible à ces attaques : "Bien sûr que ça me touche, mais on devrait être tous touchés. On abime le pays lorsqu'on abime le président". Pour autant, sa nouvelle situation semble avoir du bon : "La liberté ça a du bon et j'en fais ce que je veux". Elle admet cependant qu'il reste "quelques réglages à faire" dans sa nouvelle vie, notamment sur le plan professionnel. Mais surtout pas dans le journalisme politique.

 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience