En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Valérie Trierweiler ironise sur l'affaire du Tweet

Article par , le 15/07/2012 à 13h47 , modifié le 15/07/2012 à 14h01 1 commentaire

Première déclaration de la compagne de François Hollande depuis son tweet de soutien à l'adversaire politique de Ségolène Royal en pleine campagne législative.

Discrète depuis l'affaire du Tweet, Valérie Trierweiler assistait samedi 14 juillet au défilé militaire dans une tribune, en compagnie de l'épouse de Jean-Marc Ayrault, mais loin de François Hollande. Refusant de s'exprimer à l'issue du défilé du 14 juillet, la première dame a donné ses premiers mots au micro de BFM TV l'après-midi même, lors d'un séjour à Brest.

Détendue et souriante, la journaliste de 46 ans a déclaré, non sans ironie "La prochaine fois, je tournerai 7 fois mes pouces avant de tweeter", une réponse sarcastique qui devrait clore cette séquence sans toutefois convaincre Ségolène Royal et Thomas Hollande qui avait rallumé les braises de la discorde en se confiant à une journaliste du Point. Pas d'excuses donc ni même de regret, la compagne du président semble plutôt s'amuser de l'affaire et ne pas avoir pris conscience des conséquences politiques de ce geste. Pour Thomas Hollande, elle a cassé l'image du président "nomal', mais la first girlfriend ne semble pas particuièrement ennuyée des conséquences de ce tweet.

Dans son interview du 14 juillet, le président François Hollande avait d'ailleurs évoqué cette affaire, expliquant que "les affaires privées devaientêtre privées" et esquivant d'unrevers de main la question de la fonction de la première dame. Valérie Trierweiler, qui souhaite rester journaliste, bénéficie en effet d'un bureau et d'un cabinet à l'Elysée. Vous avez dit mélange des genres ?

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience