En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Un tweet de Rihanna mène à l'arrestation d'un tenancier de spectacle porno

Article par Lorelei BOQUET-VAUTOR , le 15/10/2013 à 10h24 , modifié le 15/10/2013 à 10h35 0 commentaire

De nouvelles aventures sont survenues dans l'affaire des tweets de Rihanna pendant son voyage en Thaïlande, il y a quelques semaines.

On connait la passion de la chanteuse pour les réseaux sociaux, et notamment pour Instagram, sur lequel elle poste très régulièrement des scènes de sa vie et garde le lien avec ses fans. Souvenez-vous, il y a quelques semaines, la chanteuse postait des photos d'elle, en vacances en Thaïlande (voir notre article : Rihanna vous emmène avec elle en vacances en Thaïlande). Des photos plutôt crues qui n'avaient rien de publicités de rêve pour un pays pourtant très apprécié par les touristes. On apercevait notamment l'interprète de Shine Bright like a Diamond, portant  un loris lent, un animal protégé. Une photo qui lui avait valu les foudres de certains de ses fans proches de la nature et des associations de défense des animaux. Craignant pour la réputation du pays, de plus en plus touché par les trafics en tous genres, les autorités avaient rapidement réagi. En l'occurrence, les propriétaires de l'animal avaient été arrêté et l'animal remis à des associations (voir notre article : Rihanna fait arrêter des trafiquants d'animaux sans le vouloir).
 
Nouveau dénouement dans l'affaire "Rihanna et les réseaux sociaux", un de ses tweets, datant de la même période, aurait conduit à l'arrestation du propriétaire d'un bar situé sur l'île de Phuket. Ce bar donnait régulièrement des spectacles à connotations pornographiques. Après avoir assisté à l'un d'entre eux, la chanteuse avait tweeté une photo du lieu, ainsi qu'un message qui sonnait comme une dénonciation. Elle expliquait être "traumatisée" par ce spectacle, qui utilisait des balles de ping-pong et des fléchettes comme instruments de torture/ plaisir. Suivi par quelques 32 millions de personnes, le tweet de Rihanna avait alerté les autorités du pays. Weera Kerdsirimongkon, chef du district de Phuket a expliqué "s'être rendu dans le bar dès le lendemain, sans pour autant pouvoir inculper le gérant". Après quelques semaines d'enquête, l'homme en question aurait finalement été pris en flagrant délit. Il risquerait jusqu'à 1 mois de prison et 1900$ d'amende. Pas si sûr qu'en continuant comme cela, Rihanna ne se fasse que des amis.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience