En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

The Voice 3 : Florent Pagny : "Mika est très sensible et hyper malin"

Article par , le 25/01/2014 à 11h00 , modifié le 25/01/2014 à 11h38 0 commentaire

Sa première rencontre avec Mika, les talents de son équipe, ses enfants... Florent Pagny, coach de The Voice 3 a répondu à toutes nos questions, sans tabou.

Plurielles.fr Que pouvez-vous nous dire sur votre équipe ?
Cette année encore c'est l'équipe "du larynx". J'aimerais m'amuser avec des petites voix un peu moins puissante comme je l'ai fait l'année dernière avec Dièse, mais je me rends compte que tous les ans je récupère toujours un peu le même profil de talents.  


Vous allez avoir encore du mal à vous séparer de certains talents...
Oui, c'est un moment que l'on n'aime pas. D'ailleurs, les talents me regardent tous avec des yeux d'amour après les auditions à l'aveugle mais je leur fais très vite comprendre que c'est un jeu. Je leur dis : "Vous m'aimez énormément, vous êtes là grâce à moi et à votre talent. Mais je vais vous décevoir dans 99% des cas". Heureusement que le public est le seul juge lors des live. Ca serait horrible pour nous de trancher. Il faut que ça reste ludique. On doit s'amuser, se taquiner avec les autres coachs mais aussi savoir de quoi on parle. Notre rôle s'arrête là.


Comment avez-vous vécu l'arrivée de Mika ?
Très bien. C'est marrant, parce qu'au début il était un peu sur la défensive avec moi. Il faut dire que ce n'est pas évident d'arriver dans un groupe de personnes qui se connaissent déjà. On fait de temps à autre des dîners entre coachs. On se dit nos quatre vérités. Mika est super sensible et très malin. Dès le début, il m'a dit : "On m'a prévenu, Jenifer, elle est gentille, Garou il est gentil et toi on m'a dit qu'il fallait que je fasse attention". Je lui ai tout simplement répondu : "Fais attention, mais je ne suis pas méchant. Il y a toujours un bon fond dans ce que je dis. Mais si j'ai quelque chose à te dire, je te le dirai".


Quelle vérité lui avez-vous dit par exemple ?
Je l'ai surtout mis en garde lors des auditions à l'aveugle. Je lui ai dit : "Tu parles beaucoup d'albums, de carrière à des gens que tu viens d'entendre deux minutes mais tu ne sais pas quel voyage tu vas faire avec eux. Quand t'auras fini, il ne faut pas t'étonner si tu vois qu'ils t'appellent pour te demander : « Il est prêt mon album ? »". Il a vite compris.


Quelle est votre stratégie cette année ?
Le plus important c'est de trouver le bon titre que l'on va faire chanter aux talents. Il faut aussi surprendre et emmener le talent là où on ne l'attendait pas. Cette émission est un véritable booster dans le métier. Normalement, ce parcours tu le fais en cinq ans.


Auriez-vous pu participer à The Voice ?
Oui. D'ailleurs, j'ai commencé un peu comme ça. A l'âge de 13 ans, j'ai participé à un concours organisé par le Dauphiné Libéré (la course cycliste). Des apprentis chanteurs s'affrontaient à chaque étape. Celui qui gagnait allait à l'étape suivante. J'ai participé à la première étape à Annecy (à 30 kms de chez moi), le lendemain je me retrouvais à Grenoble... Et j'ai fait tout le tour comme ça. C'était énorme. Tous les jours il y avait un article sur moi. Dans mon bled, tout le monde en parlait. Ca a été un déclancheur de carrière. Je suis parti à 15 ans et demi de chez moi. Je suis monté à Paris. J'allais chercher mon destin. Tout s'est déclenché à l'âge de 28 ans. Entre temps, j'ai pas mal bourlingué.


Vos enfants sont-ils bons chanteurs ?
Je ne pense pas. Quand j'arrive à la maison, ils stoppent la musique en général. Ils arrêtent de chanter. Ils n'osent pas le faire devant moi. En même temps, s'ils avaient une voix qui dépasse la normale, je le saurais. Mon fils veut faire de la mécanique. Il adore les bécanes. Ca me va. Je vais avoir davantage besoin d'un mécanicien qu'un chanteur.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience