En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Ségolène Royal veut qu'on la laisse tranquille

Article par Mourad LAHDIL , le 26/02/2009 à 15h46 , modifié le 26/02/2009 à 15h49 2 commentaires

Ségolène Royal serait, selon ses proches, 'folle de rage' après la publication par Match de photos volées de la socialiste avec un homme.

C’est le grand retour de Ségolène Royal sur le devant de la scène – et apparemment, ce n’est pas le retour qu’elle aurait voulu. Dans son numéro daté d’aujourd’hui, le magazine Paris Match publie en couverture une photo de Mme Royal, en escapade à Marbella, en compagnie d’un homme présenté comme son nouveau compagnon.

Ségolène Royal, avertie hier de la publication des clichés, s’était adressée à la rédaction de Match, pour se plaindre de cette intrusion dans sa vie privée. Son avocat, Jean-Pierre Mignard, a annoncé aujourd’hui sur Europe 1 son intention d’assigner le magazine en référé : ‘Je remarque que c’est toujours dans des séquences politiques où Ségolène Royal intervient de manière significative’, évoquant le récent déplacement de Mme Royal en Guadeloupe. ‘On veut toujours la ramener dans une sphère people (…). On vise insidieusement à dégrader son image de femme politique’. Toujours sur Europe 1, le socialiste Jean-Louis Bianco dénonce ‘une méthode de charognards, de vautours (…). Tout ça pour faire du fric’.

Ségolène Royal a également réagi à cette publication sur i>Télé ce midi, et confirmé son intention de porter plainte contre Match : ‘Ce sont des photos volées, encore une fois (…). Il faudrait qu’on me laisse un peu tranquille’.

Paris Match s’est finalement expliqué sur le choix de publier ces clichés, via un communiqué de presse, et se défend de vouloir nuire à la socialiste : ‘En apparaissant en Guadeloupe à titre personnel (…), Ségolène Royal prouve sa volonté d’exister médiatiquement’. ‘Pourquoi les photographes bienvenus pour couvrir sa présence à Pointe-à-Pitre ne le seraient pas dans les rues de la station balnéaire espagnole ? Arrêtons l’hypocrisie’.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience