En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Ségolène Royal règle ses comptes sur Twitter

Article par Jordan GREVET , le 22/06/2012 à 13h01 , modifié le 22/06/2012 à 18h36 1 commentaire

Agacée par les médias, Ségolène Royal a pris d'assaut Twitter hier et demandé "d'arrêter de parler à ma place où de m'instrumentaliser dans des jeux de billards".

On ne l’arrête plus. Si on ne l'a pas beaucoup entendu dans "l’affaire du tweet" de Valérie Trierweiler, Ségolène Royal a pris d’assaut Twitter hier. Sa cible ? Les médias. La présidente de la région Poitou-Charentes a posté une série de messages en cascade afin de démentir ce qui a été écrit ces derniers jours à son sujet.

"Merci d'arrêter de parler à ma place où de m'instrumentaliser dans des jeux de billards", a notamment affirmé Ségolène Royal, déterminée à remettre les pendules à l’heure. "Je découvre dans les médias qu'on me prête l'intention de briguer l'ARF (Association des régions de France) après le parti, et même la mairie de Paris ! Stop. Je n'ai rien demandé". Après sa défaite cuisante aux législatives face à un dissident socialiste, Ségolène Royal explique ensuite : "Je me reconstruis et je fais mon travail en région et à la rentrée de septembre je verrai. Je n'ai rien demandé et ne demande rien".

"Je ne suis donc pas totalement assassinée ?"
Quelques minutes plus tard, c’est un article publié sur le site de L’Express que vise directement dans un tweet l’ancienne candidate à la présidentielle : "Propos vipérins à mon sujet sur l'Express.fr. Je ne dis pas bonjour au personnel de l'ARF sauf s'il y a des caméras ? Quelle petitesse !". L’article en question citait un élu local qui dénonçait le "comportement insupportable" de Ségolène Royal et affirmait : "Elle ne vient jamais et ne travaille pas. Elle ne salue même pas le personnel, sauf quand il y a des caméras !".

Une fois ses comptes réglés, Ségolène Royal s’est toutefois montrée fairplay envers Claude Bartolone, le nouveau président de l'Assemblée nationale alors qu'elle convoitait, elle aussi, le poste. "Je souhaite très sincèrement à Claude Bartolone de réussir cette belle mission, pour revivifier la démocratie au service du peuple Français", a-t-elle affirmé dans un de ses derniers tweets de la journée de jeudi. Et d’ironiser sur son avenir politique : "Je remercie tous ceux qui se préoccupent de mon sort, même avec arrière pensées. Je ne suis donc pas totalement assassinée ?".

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience