En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Ryan Gosling : le nouveau beau gosse de Hollywood

Article par , le 04/10/2011 à 10h40 , modifié le 06/10/2011 à 11h10 0 commentaire

Ryan Gosling, on l'a toujours su, est capable de faire chavirer une assemblée d'un coup de sourire en coin. A l'affiche de 3 films en 2011, Hollywood en fait sa nouvelle coqueluche.

Son rôle de professeur junky dans Half Nelson lui a valu une place de choix dans le coeur de générations d'adolescentes. Mais pas seulement. À 26 ans, Ryan Gosling avait été nommé pour l'Oscar du meilleur acteur, acquérant le double statut de beau gosse et de valeur montante d'Hollywood. "Gamin (...), je ne voulais pas vraiment être acteur, je voulais juste le salaire qui allait avec", explique-t-il en interview aujourd'hui.

Nonchalant comme Steve McQueen

Ryan Gosling, le regard bleu piscine, le visage un peu poupin, un peu pervers psychopathe, a le charme mystérieux et nonchalant. On met quiconque au défi de trouver plus de 3 photos de lui où il sourit franchement. Ce qui lui vaut des rôles de sombre héros et une comparaison plutôt plaisante à Steve McQueen. Ryan Gosling, qui a ému les jeunes filles en fleur dans N'oublie jamais et les demoiselles sensibles dans Blue Valentine cet été, passe aujourd'hui la vitesse supérieure. En interview avec Olivier Bonnard du Nouvel Observateur il explique :"Ces dernières années, je n'ai fait que sortir avec des réalisateurs en quelques sortes. Aujourd'hui j'ai envie de me marier".

Bisous Ryan Gosling et Nicolas Winding Refn Cannes 2011

Bad Boy comme un Guerrier Silencieux

Pas de panique. À 30 ans, le beau Ryan n'annonce pas ses fiançailles avec Nicolas Winding Refn ni avec la bombe Eva Mendes avec qui on la vu se promener, l'âme complice, ces dernières semaines. L'acteur évoque sa relation avec ses derniers metteurs en scène, sa façon de construire des projets. Avec l'excellent réalisateur de Drive (également derrière Bronson et Le Guerrier Silencieux), il a constuit un personnage de bad guy solitaire, cascadeur le jour, chauffeur pour truands la nuit. Décochant ses sourires en coin et ses regards en biais, il n'a pas peur d'agacer, jouant franc jeu face caméra, il est le nouveau garçon qui cartonne. Sur le tapis rouge cannois en mai dernier, il embrassait sur la bouche son réalisateur auréolé du Prix de la mise en scène pour Drive. Faussement nonchalant, jubilant franchement.

Aimant à midinettes cinéphiles

Un beau parcours se dessine à présent sous les pas d'un Ryan Gosling béni des Dieux. À l'affiche de la comédie drolatique Crazy stupid love et bientôt du prochain George Clooney, Les Marches du pouvoir, tous les excellents rôles semblent passer entre ses mains. En tournage avec Sean Penn, Josh Brolin et Emma Stone d'un film de mafia, il est déjà réservé par Nicolas Winding Refn pour son prochain film. "Un lieutenant de police à Bangkok et un gangster règlent leur différent autour d'un match de boxe thaï" On imagine bien Ryan Gosling incarnant les deux personnages dans une performance à Oscar qui pourrait faire exploser les coeurs de midinettes cinéphiles.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience