En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Rachida Dati, sur le départ, en interview sur Europe 1

Article par Aurore DUBOIS-SEAC'H , le 09/03/2009 à 14h53 , modifié le 09/03/2009 à 17h17 2 commentaires

Rachida Dati, toujours Garde des sceaux, est passée sous la moulinette de Marc-Olivier Fogiel, ce lundi matin sur Europe 1.

Marc-Olivier Fogiel n'a pas fait de cadeaux à la Garde des Sceaux Rachida Dati, ce matin sur Europe 1. Il a passé la nouvelle mère sous la moulinette de ses questions incessantes et Rachida Dati a dû tenir le rythme. Ainsi, comme à son habitude, Marc-Olivier Fogiel n'a pas eu sa langue dans sa poche et a posé ses questions sans détours ni fioritures.
 
Il passe ainsi de l'"image écornée" de Rachida Dati, aux relations de celle-ci avec le président de la République Nicolas Sarkozy, ou encore avec son ex-femme, Cécilia Attias. Il demande à Rachida Dati d'exprimer son bilan sur sa fonction de Ministre de la Justice, mais lui demande aussi si c'est de son plein gré ou sous la pression du président qu'elle part vers de nouvelles fonctions européennes. Enfin, Marc-Olivier Fogiel n'oublie pas la question du père de l'enfant de Rachida Dati, non pas pour lui demander une énième fois l'identité de celui-ci, mais plutôt pour savoir si cette dernière ne joue pas du mystère autour de cette identité cachée. Bref, en 10 minutes, Marc-Olivier Fogiel balaye large.
 
De son côté, Rachida Dati, comme à son habitude ne fait pas de grandes révélations. Non, elle ne part pas sous la pression du président : "Je suis contente d'avoir un autre engagement politique", déclare-t-elle. Et de continuer : "Nicolas Sarkozy ne m'a jamais rien imposé. Je suis extrêmement libre et mon parcours en témoigne. Je ne suis pas une création ex nihilo du président de la République". De cette façon, Rachida Dati tente ainsi de faire comprendre qu'elle n'a pas été placée là simplement grâce à son amitié avec le Président.
 
Et quand Marc-Olivier s'étonne que Rachida Dati n'ait pas célébré les noces de la fille de Cécilia Attias dans le 7ème arrondissement, Rachida Dati se défend simplement en déclarant qu'il s'agissait d'un week-end prolongé d'une part, et qu'aucune demande ne lui a été adressée d'autre part. Autant dire que personne n'est dupe. Pour autant, Rachida Dati redit clairement au sujet de Cécilia Attias : "Je lui dois beaucoup".
 
Quant à sa vie privée, Rachida Dati se défend d'avoir voulu la mettre en avant pour créer un coup médiatique : "Ma vie privée, je ne l'ai jamais exposée (...) Au bout d'un moment, ça vous échappe, moi je me reconnaissais plus ni dans les photos qui pouvaient paraître ni même dans les commentaires. Mais ce n'est pas de votre plein gré, je ne m'en plains pas, il faut l'accepter", se contente ainsi d'expliquer Madame Dati.
 
Au final, Rachida Dati admet avoir fait des erreurs, elle précise toutefois qu'en deux ans, elle a mené à bien plus de 20 réformes, le travail que lui avait demandé le président.
 
C'est donc une Rachida Dati sur le départ, bientôt démise de ses fonctions de Ministre de la Justice pour se présenter aux élections européennes, qui repart en campagne, afin de retrouver le contrôle de son image médiatique. Le chemin semble toutefois encore long.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience