En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Rachida Dati, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et Michèle Alliot-Marie menacés de mort

Article par Aurore DUBOIS-SEAC'H , le 04/03/2009 à 11h33 , modifié le 04/03/2009 à 11h37 0 commentaire

Nicolas Sarkozy, Rachida Dati et huit autres ministres ont reçu des menaces de mort. Une enquête a été ouverte pour déterminer l'ampleur de la menace et l'identité du mauvais plaisantin.

Si certains décident de montrer leur mécontentement à coup de grèves et de mobilisation, comme en Martinique et en Guadeloupe dernièrement, d'autres décident d'utiliser des moyens d'intimidation beaucoup moins louables. Ainsi, une ou plusieurs personnes n'ont donc pas hésité à envoyer au Président de la République, Nicolas Sarkozy, et à neufs de ses ministres, dont Rachida Dati et Michèle Alliot-Marie une lettre de menace de mort, accompagnée d'une balle de calibre 9mm ou 38 mm. Autant dire que le message est clair.
 
Une enquête a bien sûr été ouverte pour déterminer le sérieux de la menace et surtout découvrir l'identité de celui ou de ceux qui ont cru malin de marquer leur mécontentement par l'intimidation et la violence. Si toute la presse parle en ce moment de ces balles de calibres 9mm, à l'Elysée, on semble toutefois vouloir étouffer l'affaire. Cela n'empêche pas pour autant plusieurs services de police, dont la section antiterroriste du parquet de Paris, de continuer à mener l'enquête pour déterminer qui sont ces "1 000 combattants" ou encore cette "cellule 34" qui signent à chaque fois les missives. Et d'ajouter à chaque fois ces mots : "Vous croyez disposer de nos vies et bien non, c'est nous qui disposons de la vôtre et de celles de vos familles et amis.", rapporte Le Figaro.
 
Un simple coup d'éclat donc selon certains. L'acte d'un déséquilibré pour d'autres, voire d'un désespéré. Alain Juppé qui fait partie des destinataires a déjà porté plainte dès réception de cette lettre. Du côté du ministère de Rachida Dati, on se montre plus discret, désireux de ne pas faire la Une des magazines.
 
A l'heure où les Français se serrent la ceinture, où la crise se répand peu à peu dans tous les secteurs, le faste de la vie de certains politiques peut peut-être déranger certains. Toutefois, la réponse à la détresse des citoyens n'est certainement pas la violence.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience