En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Quand Chris Brown balance sur Jay-Z !

Article par O. de A. , le 22/09/2013 à 10h20 , modifié le 22/09/2013 à 16h42 0 commentaire

Dans un entretien à Jet Magazine, Chris Brown a tenté de détourner l'attention sur les critiques à son égard en évoquant le passé de Jay-Z : drogue et délinquance à l'appui.

Quoi de mieux pour éteindre le feu des critiques que de détourner l'attention. Le rappeur Chris Brown vient d'utiliser cette manoeuvre pour tenter d'apaiser un temps les critiques dont l'affublent les médias depuis des années. Précisément depuis qu'il a agressé son ex petite-amie, Rihanna en 2009.

"Jay-Z est accepté par l'Amérique Blanche" 

Dans un entretien accordé à Jet Magazine, le chanteur tatoué clame ses souffrances d'être vilipendé par les médias des années après son accès de violence. Il voudrait tourner la page malgré ses nombreuses altercations avec le chanteur Drake ou encore Franck Ocean. Sans compter ses confrontations avec la police et ses sorties impulsives sur le compte Twitter.

A 22 ans, le jeune homme se dit victime de "racisme". Il assume presque d'être l'enfant terrible du rap américain mais il estime qu'on réserve un traitement de faveur à d'autres artistes non moins controversés. Il désigne Jay-Z, le mentor de Rihanna et considère qu'il est accepté par "l'Amérique Blanche" parce qu'il multiplie les courbettes : ''C'est quelque chose à laquelle je suis confronté depuis cinq ans. Tous les chanteurs avec une voix, Tupac, Notorious Big, Michael Jackson, sont formatés excepté Jay-Z. Il est accepté par l'Amérique blanche parce qu'il sert des mains et qu'il embrasse les bébés. Ce n'est pas un manque de respect parce que je suis fan, mais personne ne souligne qu'il a planté quelqu'un et vendu de la drogue. Il a un pass !"

Une déclaration qui commence déjà à agiter la toile. Au cours du même entretien, Chris Brown enfonce le clou : "J'ai dû affronter les médias. Au lieu d'être considéré comme un artiste, on m'a surnommé le "batteur de femmes". J'ai été insulté et jugé en public", s'est-il plaint en se comparant à Trayvon Martin, le jeune américain assassiné par George Zimmerman en février 2012.

Voilà en tous cas des propos qui ne devraient pas passer inaperçus du moins aux oreilles du magnat du rap : Jay-Z ! Le rappeur qui forme avec Beyoncé l'un des couples les plus puissants de la planète répondra-t-il à l'interprète du morceau au titre évocateur "Don't judge me" ? Et la stratégie de victimisation de ce dernier sera-t-elle payante ? 

Lire aussi : Chris Brown se lâche et se dit victime de racisme  

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience