En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Pauline Lefèvre : "En partant sans a priori, on ne rate pas de belles choses"

Article par , le 12/07/2011 à 09h36 , modifié le 12/07/2011 à 10h07 0 commentaire

Pauline Lefèvre, banane blonde échevelée sur le front, regard bleu direct et profond. Rencontre avec l'ex miss météo et néo-actrice, membre du jury du Festival Paris Cinéma.

Pauline Lefèvre : en jean slim clair, chemisette en voile beige, les ongles roses, campée sur ses sandales plates noires, le regard clair, la tête sur les épaules. Moins énergique et éparpillée qu'on l'imaginait, posée et apte à recevoir ce que l'avenir a à lui donner. La belle est juré du populaire et exigeant Festival Paris Cinéma.

 Affiche Paris cinéma 2011


Pas encore crevée par le rythme du festival ?
Non, c'est génial, c'est top !  En plus il y a une sélection de films que je ne serais pas forcément allée voir spontanément, c'est vraiment l'occasion de découvrir des films très différents de ce qu'on peut voir couramment et très différents les uns des autres.
 
Vous êtes une cinéphile ?
Je ne pense pas que je puisse m'auto-appeler cinéphile mais j'aime aller au cinéma. Là, pour le Festival, on réfléchit un peu plus que le spectateur lambda que je suis d'habitude. Pour le moment je trouve la sélection géniale. Hier on a enchaîné deux films, deux extrêmes, deux univers. Ça ne va pas être facile de départager, en plus on est plusieurs ! (rire)
 
Parlons cinéma : vous avez des films préférés, des films de chevets...?
C'est difficile ! Un film qui m'a beaucoup marquée je pense, c'est Sailor et Lula, la découverte de David Lynch ça a été une révélation dans ma vie, j'ai découvert un truc incroyable. Comme quand j'ai regardé pour la première fois un film de Quentin Tarantino à 14 ans, Pulp Fiction, je me souviens très bien dans quel état j'étais après, de la claque que ça m'a mis, ça reste en soi ! C'est incroyable de faire des films qui restent après au cœur des gens. C'est un truc de fou...
Sinon, j'avais trois films favoris quand j'étais petite : c'était Mary Poppins, Indiana Jones et la dernière croisade, et Robin des Bois avec Errol Flynn, toujours les mêmes. Ah ! Si, il y avait aussi Robin des Bois de Disney.


De Direct 8 à Patrice Leconte et Paris Cinéma, c'est quoi en fait votre parcours ?
J'ai toujours aimé ça, être actrice. Mais j'ai commencé par un métier plus sérieux, j'ai travaillé dans la communication au début, dans un bureau. Le divertissement est venu vers moi ou je suis venue au divertissement sur Direct 8 avec beaucoup de reportages, d'émissions en direct...

"Je me suis toujours amusée, j'ai pris ce qu'il y avait de bon à prendre"
Et puis sur Canal +, vous avez pris la suite de Louise Bourgouin ? Excitant, angoissant ?
Très sincèrement, on m'a beaucoup pausé la question à cette époque et je suis toujours aussi sincère aujourd'hui : quand j'ai commencé, je voyais juste ce que j'allais devoir faire, j'étais hyper inquiète et hyper excitée, je ne me suis jamais dit : «Génial, je vais faire des films après !» Ce serait un peu présomptueux déjà, c'était une nouvelle école, une nouvelle expérience et plein de nouvelles occasions de se marrer .


Quel regard vous portez aujourd'hui sur ces 5 dernières années ?
Il y a 5 ans... J'étais chez Direct 8. Je ne suis pas quelqu'un qui se projette beaucoup, je ne me demandais pas à l'époque : « Qu'est-ce que je ferai dans cinq ans ? » Heureusement ! ça m'angoisserait trop. Maintenant, je suis contente. J'ai l'impression d'être toujours assez bien là où je suis, je me suis toujours amusée, j'ai pris ce qu'il y avait de bon à prendre, en essayant de garder la réalité en tête. Et dans 5 ans ? Je ne sais pas ce que je dirai...Peut-être que je dirai : «Ah, c'était cool d'être dans le jury !» (Rire).  
 Pauline Lefèvre Cabourg
Vous semblez avide d'expériences, d'amusements... Qu'est-ce qui fait courir Pauline Lefèvre, comment vous fonctionnez ?
Je ne sais pas, je pense qu'il ne faut pas trop se poser de mauvaises questions et plutôt aller là où on se dit que ça a l'air pas mal d'aller. Sans obligation de carrière... Je pense que tout m'attire ! Je crois ne pas avoir et j'essaie de ne pas avoir d'a priori sur rien. Je pense que c'est pas mal comme façon de penser, ça permet de ne pas passer à côté de choses belles même si sur le papier on se dit que peut-être que ça n'est pas ça qu'il faut faire...


Aujourd'hui vous n'avez pas peur ? Vous savez où vous serez l'année prochaine ?
(Rire) Non, je ne sais pas du tout où, je ne sais pas où je serai demain. Mais, je pense qu'il faut rester soi. Si on a des doutes et des angoisses de temps en temps, en restant soi-même au moins on est sûr de ne pas trop se tromper. Même si j'aime raconter des histoires en tant qu'actrice, c'est bien de ne pas trop m'en raconter à moi-même !


Quel genre de personnes vous séduisent ?
Je pense que l'humour, c'est une bonne base quand on rencontre quelqu'un. La simplicité... Je ne sais pas. C'est bien de ne pas savoir !


Retour au cinéma : vos projets ?
Le film de Charlotte de Turckheim [Mince Alors! , une «comédie sur la surcharge pondérale»], il est en montage, je ne peux pas en dire grand chose. Pour l'instant je n'ai pas de projet à déclarer...à la presse (Rire) ! Il y a des trucs en cours, oui..

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience