En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Nicolette Sheridan porte plainte contre le créateur de Desperate Housewives

Article par Judith Lowski , le 07/04/2010 à 11h28 , modifié le 07/04/2010 à 19h27 0 commentaire

Nicolette Sheridan, la torride blonde de "Desperate Housewives" n'est plus au casting. Mais elle poursuit le créateur de la série, Marc Cherry, pour violences sur le tournage.

Nouvelle affaire judiciaire en perspective à Hollywood. Nicolette Sheridan, qui jouait le rôle d'Edie Britt dans Desperate Housewives et qui a disparu depuis la cinquième saison, en veut à Marc Cherry, le créateur de la série. Elle lui en veut tellement que le site Usmagazine.com annonce qu'elle lui réclame la coquette somme de 20 millions de dollars de dommages et intérêts.

 

Serait-ce pour une classique rupture de contrat abusive ? Certes, son personnage a disparu alors qu'il aurait pu continuer sa vie dans la série. Mais pas seulement. L'affaire semble bien plus grave. Selon AP, Nicolette Sheridan affirme que le créateur et producteur de la série l'aurait frappée sur le plateau de Wisteria Lane en septembre 2008. "L'actrice qui incarne l'agent immobilier divorcé avait posé une question à Marc Cherry sur le scénario, "quand il l'a prise à part et l'a frappée violemment sur la tête et au visage". Après son départ de la caravane, il est venu "la supplier de lui pardonner"." Et lorsque Nicolette Sheridan aurait fait part de ce grave incident à ABC, Marc Cherry se serait vengé en faisant disparaître son personnage pourtant populaire.

 

Teri Hatcher aurait également eu des gros problèmes avec le même Marc Cherry, mais n'aurait pas (encore?) esté en justice. L'affaire semble d'autant plus compliquée qu'ABC, mise en cause, ne soutient pas l'actrice : "l'année dernière, nous avons enquêté au sujet d'allégations similaires faites par madame Sheridan. Celles-ci se sont finalement avérées sans fondement", rétorque un porte-parole de la chaîne à Usmagazine.com. Quant aux techniciens de Desperate Housewives, TMZ croit savoir qu'eux non plus ne semblent n'avoir rien vu ni entendu, à part "quelques petites querelles verbales". Espérons que la justice pourra trancher entre les deux versions qui s'opposent : un cas de harcèlement/ maltraitance avec, en toile de fond des employés qui n'osent pas s'opposer à un producteur puissant et préfèrent un silence complice. Ou de vilains mensonges pour obtenir un gros pactole...

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience