• People
  • Actu

Nicolas Sarkozy et les femmes - Les nouveaux visages féminins de la droite

Article par Aicha Samar , le 23/03/2012 à 16h28 , modifié le 27/03/2012 à 19h48 18 commentaires

Nathalie Kosciusko-Morizet, Emanuelle Mignon, Valérie Pécresse.... enquête autour des Queen du candidat Président Nicolas Sarkozy.

Sarkozy et les femmes ... Il y a quatre ans, deux journalistes consacraient un livre entier au rapport du président à la gent féminine. « A l'Elysée, au gouvernement, elles sont là, omniprésentes. Influentes. Ce sont elles qui guident ses humeurs, suscitent ses envies » écrivaient Caroline Derrien et Candice Nédélec. A l'Elysée, au gouvernement, le Président est entouré de femmes. Mais qu'en est-il du candidat ? Qui sont les femmes de son équipe de campagne ? Enquête.
Nathalie Kosciusko-Morizet à l'Elysée

Jacques Chirac la qualifiait d' « emmerdeuse ». A la longue, ses oukases, sa résistance, sa capacité de travail, son obstination lui auront donné raison. Ce 18 février, Nathalie Kosciusko-Morizet traverse la rue de la Convention perchée comme à son habitude sur de vertigineux talons. Direction : le 8 de la rue, le QG de campagne du candidat Nicolas Sarkozy. Elle en sera l'unique porte-parole. Et l'une des rares femmes à avoir son bureau à la prestigieuse adresse.

 

Le retour du « cerveau »

Au même étage, Emmanuelle Mignon. L'un des artisans de la victoire de 2007. Celle qui rédigea le programme. Celle qui pour finaliser les propositions du candidat avait passé plusieurs jours enfermée dans son bureau, le même jean pour unique compagnon. « Elle dormait trois heures, se réveillait, bossait, se reprenait une heure pour dormir. Et elle a bouclé le projet de cette façon » raconte un ancien. L'annonce de son retour dans l'équipe de campagne de Nicolas Sarkozy est saluée de toute part.... et particulièrement par les femmes : Valérie Pécresse, Nadine Morano, Chantal Jouanno n'ont pas assez de compliments à la bouche quand est évoqué le nom d'Emmanuelle Mignon.
Emmanuelle Mignon

Pour faire le lien entre le « cerveau » de cette campagne et le porte-parolat : Marie-Claire Daveu. L'ancienne directrice de cabinet de Nathalie Kosciusko-Morizet a rejoint la cellule en charge du projet. Un autre visage féminin émerge au QG de campagne. Celui de Véronique Waché. La jeune et très efficace chargée des relations avec la presse a quitté l'Elysée pour rejoindre elle aussi l'équipe du candidat.

 

Des députées à l'assaut du terrain...

Quelques femmes, donc, rue de la Convention. Mais au fond, peu de nouveaux visages. Le renouveau est plutôt à chercher du côté du parti. NKM n'ayant pas voulu de porte-parole adjoints pour l'épauler, 80 orateurs nationaux ont été nommés par l'UMP. Leur mission : se déployer sur le territoire, défendre le bilan et remobiliser, voir convaincre les sympathisants.

Parmi ces orateurs, quelques parlementaires, à l'image de Valérie Rosso-Debord ou Laure de La Raudière. La première est députée de Meurthe-et-Moselle et spécialiste des questions sociales. La seconde est députée d'Eure et Loire, très pointue sur les nouvelles technologies et le numérique. Deux quadras repérées par Jean-François Copé lorsqu'il était président du groupe UMP à l'Assemblée.
Valérie Rosso-Debord

... et de jeunes talents en devenir

Aux côtés des parlementaires, des personnalités issues de la société civile. Du sang neuf, des profils différents. Salima Saa est secrétaire nationale de l'UMP, présentée comme l'étoile montante de la Sarkozye, la nouvelle icône de la diversité. Elle s'est récemment distinguée en prenant ses distances avec les propos de François Fillon sur la viande halal.

Camille Bedin et Samia Badat, 26 et 33 ans, complètent la fine équipe. Camille Bedin laboure le terrain pour porter un discours positif sur l'égalité des chances. La réunionnaise Samia Badat a été chargée de rédiger la partie du programme du candidat consacrée à l'Outre-Mer. Pour coordonner le travail de ces orateurs, toute l'équipe de l'UMP est à la manœuvre. Une équipe dans laquelle, là encore, une femme occupe une place de choix : Emmanuelle Robin-Teinturier, directrice des études de l'UMP. Un poste qu'a occupé il y a quelques années Emmanuelle Mignon. Ca tombe bien, les deux femmes sont régulièrement comparées.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.


de People
logAudience