En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Nabilla de la télé-réalité au cinéma

Article par O. de A. , le 24/06/2013 à 15h42 , modifié le 24/06/2013 à 16h07 0 commentaire

Nabilla suit des cours de comédie. Elle veut prendre un nouveau virage dans sa vie et faire oublier son côté sulfureux, comme le révèle l'entretien qu'elle vient d'accorder...

Ne lui parler plus de playmate, c'est du passé ! Nabilla Benattia est une nouvelle femme. C'est en tous cas ce qu'elle veut démontrer. La bimbo de la télé-réalité française révélée par le phénomène viral "Non mais allô", a accordé un entretien au magazine Télé Star. L'occasion pour elle de s'épancher sur ses ambitions.

 

"Je dois apprendre à pleurer"

Aux oubliettes le rêve de marcher dans les pas de son idole Kim Kardashian pour devenir une it-girl. Place au septième art. Car à 21 ans, la brune aux courbes vertigineuses, aspire à un autre destin : "J'ai compris qu'avoir une image sulfureuse était utile pour se faire connaître, mais pas pour durer. Depuis un mois, j'apprends la comédie auprès d'un ancien professeur du cours Florent, mon coach sur la série Hollywood Girls. Mon rôle a pris de l'ampleur, je ne peux plus arriver les mains dans les poches. Je dois apprendre à pleurer car je suis dure comme la pierre", a-t-elle affirmé,sans ciller, dans les colonnes de l'hebdomadaire.

 

Et si les portes du cinéma ne s'ouvrent pas, Nabilla se contenterait bien d'investir la petite lucarne : "Présenter un talk-show comme Touche pas à mon poste !" voilà ce qu'elle aimerait faire car "Jouer les playmates ne (l)'intéresse plus ! C'est dommage de ne montrer que l'emballage lorsqu'on a une personnalité aussi forte," insiste-t-elle. Lassée des "strings" et des "scandales", elle veut faire peau neuve.

 

"La rue, c'est le plus beau diplôme"

Consciente de la fugacité de la notoriété made in télé-réalité elle ne veut pas sombrer comme Loana, "ça me fait peur", concède-t-elle sur le site du journal suisse Le Matin. Mais elle sait déjà comment y parer : "Je pense qu'elle était peut-être mal entourée. Et pas suffisamment solide. Elle s'est laissée dépasser par les médias... Je pense que je risque moins d'être arnaquée que d'autres parce que j'ai une sorte de malice, un truc qui me permet de déceler au premier coup d'oeil les arnaqueurs. C'est peut-être la rue qui m'a appris ça, c'est le plus beau diplôme du monde".

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience