En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Miss France 2014, Sylvie Tellier : "Pas de candidate pour assurer l'intérim pendant mon congé maternité"

Article par , le 25/10/2013 à 17h53 , modifié le 25/10/2013 à 19h11 0 commentaire

Sa grossesse, son congé maternité, l'élection de Miss France, les propos d'Alain Delon, Sylvie Tellier répond, sans langue de bois, à toutes nos questions.

Les sélections régionales sont presque terminées. Que pouvez-vous nous dire sur les 33 prétendantes au titre ?
C'est assez difficile de se faire une impression sur une seule rencontre, qui plus est, furtive. Mais cette promotion semble sympathique, moderne. Ce sont des jeunes femmes de notre époque !


Allez-vous partir au Sri Lanka avec les Miss ?
Oui, mais mon programme va être adapté. En général, le planning est assez intense. A cinq mois de grossesse, il faut que je me ménage. Le but est de tenir jusqu'au bout... C'est important pour moi d'y aller car ça fait un an que je prépare cette élection. C'est un moyen également de remercier les partenaires. Et puis, je fais partie du jury de pré-sélection. Je me dois d'apprendre à connaître ces jeunes femmes. Elles arriveront à Paris le 11 novembre. Nous allons avoir quatre jours pour les coconner.


Depuis que vous avez annoncé votre grossesse, votre ventre s'est bien arrondi...
Vraiment ? Non, je pense que ça se voyait avant. Mais c'est une façon de s'habiller. Quand vous mettez un pull ample, on voit moins vos formes. Hier, j'ai porté une robe moulante qui mettait davantage mon ventre en valeur. Au bout de cinq mois, il n'y a plus de doutes.


Les Miss, ce sont un peu vos bébés...
Euh... Marine Lorphelin a prononcé une phrase qui m'a fait très plaisir. Elle a dit : "Sylvie Tellier, c'est un peu ma tata". Je préfère être leur tata que leur maman, sinon cela voudrait dire que nous ne sommes pas de la même génération. J'ai avant tout un rôle d'encadrement. Certaines jeunes femmes n'ont jamais pris l'avion, on est là pour les rassurer et répondre à leurs doutes. Des anciennes Miss vont m'aider à les chaperonner au Sri Lanka.


En parlant de ça, avez-vous trouvé une ancienne Miss pour vous remplacer le temps de votre congé maternité ?
Non. J'ai juste lancé un appel aux anciennes Miss pour savoir s'il y en avait une qui avait envie de me donner un coup de main. Mais c'était plus ironique qu'autre chose. Pour le moment, il n'y a pas d'ancienne Miss pour assurer l'intérim. D'ailleurs, je ne suis pas sûre d'avoir beaucoup de candidatures. Elles ont toutes beaucoup de travail. Et elles sont conscientes que c'est un gros boulot...


Et votre "après accouchement", comment va-t-il se passer ?
Je serais toujours là si on a besoin de moi. Je serais à l'écoute de la Miss élue car je sais à quel point ça peut être important pour elle. Mais j'ai la chance de faire partie d'une équipe. Il y aura toujours une personne au bureau pour encadrer la jeune femme qui sera élue. Je n'ai pas eu la possibilité de profiter de mon premier congé maternité, car le départ de Geneviève de Fontenay s'était fait dans l'urgence. Ca avait été une année très dure humainement et professionnellement. Là, je compte bien en profiter.


Alain Delon a déclaré qu'il ne souhaitait plus être Président d'honneur. Une petite réaction ?
Nous avons envoyé un communiqué pour expliquer que l'élection de Miss France était apolitique, que c'était avant tout une émission de divertissement. Il a pris le parti d'exprimer ses opinions politiques et a décidé de quitter son rôle de Président d'honneur pour pouvoir continuer de parler de politique. Je ne peux que saluer sa décision, qui a le mérite d'être claire. J'ai passé de très bons moments avec lui. Il a été un très bon Président d'honneur pendant trois ans. Je n'ai aucun regret. L'élection de Miss France doit continuer de faire rêver les gens. D'ailleurs, les Miss n'ont pas le droit d'exprimer leurs opinions politiques, idéologiques ou religieuses. L'élection est ouverte à toutes.


Y aura-t-il un nouveau Président d'honneur ?
Non. Ce rôle avait été créé pour M. Alain Delon quand il a émis le souhait de redevenir Président de l'élection des Miss. On va revenir au système normal. Il y aura un nouveau Président cette année, qui restera ou qui ne restera pas. Nous sommes en train de constituer le jury.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience