En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Miss France 2011 : Miss Ile-de-France déballe tout !

Article par LT , le 17/11/2010 à 10h26 , modifié le 17/11/2010 à 10h29 0 commentaire

Pauline Darles, qui a quitté les Maldives et le concours Miss France mardi matin, déballe aujourd'hui les raisons de son départ. Et Miss Ile-de-France ne mâche pas ses mots.

Mardi, fin d'après-midi, aéroport de Roissy. Deux grandes et belles jeunes femmes descendent d'un avion venu des Maldives. Il s'agit de Pauline Darles, Miss Ile-de-France, et Sylvie Tellier, directrice de la société Miss France. L'ensemble de la presse attend d'avoir enfin une explication sur ce départ prématuré de la Francilienne quand tant de femmes de son âge rêvent d'être à sa place.

Et les journalistes ne sont pas déçus, puisque Pauline Darles raconte sans trop se faire prier sa version des faits. Le quotidien Le Parisien relate les propos de la belle. Apparemment, Miss Ile-de-France ne supportait plus les contraintes imposées par la société Miss France et l'organisation draconienne qui va avec. Elément déclencheur, « une énième séance photo sous la pluie ». La miss raconte : « J'en avais marre, j'étais fatiguée. Et l'on devait enchaîner avec un tournage, destiné cette fois-ci au Web. C'en était trop. »

Pauline Darles ne supporte pas ce rythme effréné : « Je leur ai dit que j'en avais assez des journées qui n'en finissent pas, lever à 5h30, coucher à 0h30. » Et surtout, son fort caractère n'accepte pas le traitement réservé aux candidates : « Ras-le-bol de l'encadrement qui épie le moindre de nos gestes, qui scrute nos assiettes pour savoir ce qu'on mange. Ras-le-bol des chaperons qui vérifient la nuit si l'on se cache pour fumer (...) Marre de se faire engueuler comme des gamines de 4 ans. »

Des mesures on ne peut plus banales en somme dans ce genre d'organisation, mais auxquelles la miss ne se fait décidément pas. Sylvie Tellier de son côté, qui a enduré les mêmes épreuves à son époque, ne comprend pas qu'une candidate puisse se plaindre ainsi et l'encourage fortement à laisser sa place. Pauline Darles a en effet sauté sur l'occasion, mais reste amère : « Je croyais pourtant que la reine de beauté était aussi une femme libre. Je me suis trompée. » Cruelle désillusion.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience