En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Masterchef, Amandine Chaignot : "Quand on est chef, il est capital d'avoir de la poigne"

Article par , le 27/09/2013 à 15h44 , modifié le 27/09/2013 à 16h01 0 commentaire

Amandine Chaignot a rejoint, cette année, le jury de Masterchef. Le chef du Raphaël nous parle de son expérience et nous donne son avis sur les cuisiniers amateurs.

Avant d'être chef, vous avez, fait des études de pharmacie. Comment est née votre passion pour la cuisine ?
Ma mère m'a transmis la valeur du goût. Pas forcément dans la forme... En effet, à la maison on a jamais fait des grands dîners avec de l'argenterie, mais plutôt des bons petits plats. A l'origine, je ne pensais pas forcément en faire mon métier. Il y a quinze ans, la cuisine, ce n'était pas glamour, ça ne faisait pas rêver. Et puis, quand on est bon élève, on se dirige tout logiquement vers des études scientifiques. Finalement, j'ai très vite décroché. En cours d'année, je me suis retrouvée un job de serveuse. Je me suis rendue compte que je serais bien plus épanouie derrière les fourneaux. J'ai donc changé de voie.

Finalement, votre parcours est assez similaire à celui des candidats de Masterchef. Leur avez-vous parlé de votre expérience ?
Je n'aime pas vraiment parler de ma vie privée. Pour être tout à fait honnête, j'ai un peu oublié au passage mes études en pharmacie. Pour moi, c'est une autre vie. J'ai trouvé les candidats très à l'écoute et demandeurs de conseils. Malheureusement, sur les tournages, nous n'avions pas assez de temps pour approfondir les discussions. Nous étions simplement là pour entrouvrir une porte. Mais c'est à eux maintenant d'aller plus loin.

Les candidats vous ont-ils surpris ?

Oui, je me suis rendue compte qu'ils maitrisaient très bien certains gestes que même des gamins en formation ne savent pas reproduire : comme tourner un artichaut.

Quel genre de membre du jury êtes-vous ?
Je me suis comportée comme j'étais au quotidien. Parfois, je rigole toute la journée. D'autres fois, je suis sévère. Quand on est chef, il est capital d'avoir de la poigne. Mais j'estime que c'est plus agréable de travailler dans la joie et la bonne humeur.
 
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience