En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Masterchef, Séverine : "Ca y est, je vends ma boutique d'épices"

Article par , le 18/10/2013 à 11h28 , modifié le 18/10/2013 à 15h29 0 commentaire

Elle est l'une des fortes personnalités de Masterchef. Sévérine, vendeuse d'épices est déterminée à vivre son aventure à fond. Ses projets, son look, les membres du jury... La jeune femme répond, sans sourciller, à toutes les questions.

Plurielles.fr. Pourquoi avoir décidé de participer à Masterchef ?
Masterchef, c'est l'occasion de changer de vie. Ca fait trois ans que je regarde l'émission et que je me dis : "Elle est faite pour toi". C'est aussi un moyen de m'évaluer en cuisine. Ca fait douze ans que je rêve de faire un tour du monde culinaire. Je me suis dit que cette émission serait un déclic, qu'il fallait absolument que je me lance.


Comment définiriez-vous votre cuisine ?
Elle est exotique. C'est une cuisine du monde. Elle est épicée, pimentée. Avant de participer à Masterchef, je n'avais peut-être pas une très grande technique (elle n'est pas passée par une école NDLR.) mais je sais mettre du goût et de la couleur dans mes assiettes. J'ai une signature.


Vous êtes plutôt extravertie. Cela ne vous a-t-il jamais joué des tours ?
Non. Je suis complètement naturelle. On aime ou on me déteste, mais je m'en fiche totalement. Ce que je suis à Masterchef, je le suis dans la vie. Ma famille, mes amis me retrouvent. Je veux montrer que l'on peut être excentrique et un peu tarée mais naturelle en même temps. Une chose est sûre, mes assiettes ressemblent à mon tempérament.


D'où vient votre passion pour les épices ?
Bizarrement, ma maman cuisine de façon traditionnelle : des petits plats mijotés. Mais elle m'a appris à aimer les bonnes choses, le plaisir d'être à table. C'est quand j'ai fait mes premières courses seule, quand j'ai pris mon appartement à l'âge de 18 ans, que j'ai découvert les épices. Ca a été un déclic. Je me suis dit qu'elles étaient faites pour moi. J'ai alors acheté mes premiers livres sur la cuisine du monde. Et puis, ma passion a pris le dessus et j'ai créé ma boutique d'épices. Au départ, j'ai commencé avec deux fournisseurs. Maintenant j'en ai 40. J'ai plus de 100 épices dans ma boutique.


Masterchef vous a-t-elle donné des certitudes ?
Oui. Je suis en train de vendre ma boutique. Ca y est je vends mon premier bébé. Ca fait tout drôle. Mais en même temps, je prends un nouveau départ. C'est une cliente à moi qui la rachète. Elle aime la boutique, ce que j'ai créé. Pour elle aussi c'est une nouvelle vie.


A quoi ressemblera votre tour du monde culinaire ?
Je vais partir dans un an et demi. Mon but et de m'inviter chez les gens et de leur préparer des bons petits plats. Je vais également lancer un blog. Les gens me verront donc cuisiner. Je vais partir avec mon fils et mon mari. Ca fait douze ans que je baratine mon mari. Il a fini par céder ! (Rire). 
 

Vous partez donc à l'aventure ?
Oui et non. Avec mon fils (il aura neuf ans l'année prochaine NDLR.), je ne veux pas prendre de risque. Le parcours sera plus ou moins fixé mais après suivant les rencontres que l'on fera il pourra évoluer. Pendant un an et demi, j'ai envie de prendre du bon temps.
 

Pourquoi réaliser ce projet maintenant ?
C'est le bon moment. Je vais avoir 36 ans, mon mari 40 ans. A un moment tu te demandes : "Tu fais quoi ? Tu restes dans ta routine ou tu bifurques ?" Je pense qu'on a le bon âge. On n'est pas encore trop vieux. Et mon fils est en âge de comprendre et d'apprendre de nouvelles langues.


Votre fils est-il un bon cuisinier ?
Il a le goût en lui. Il sait me dire ce qu'il aime et ce qu'il n'aime pas. Il mange tout, rien ne le dégoûte. Mais parfois, quand on va au restaurant, il me dit : "Maman, tu peux retravailler les plats avec ta magie pour les épices ?". De son côté, il fait des gâteaux. Il adore le chocolat. Mon mari de son côté est très mauvais cuisinier. Il n'a jamais touché une casserole. Il se fait inviter quand je ne suis pas à la maison.


Avez-vous pensé à l'après Tour du monde ?
J'ai toujours marché au coup de cœur. Je suis sûr qu'il y a un lieu ou une proposition qui me fera craquer plus qu'une autre. Une chose est sûre, je terminerai au soleil. J'ai envie d'être en tongs et de vivre simplement. De cuisiner des bons petits plats et d'aller chercher mon poisson au cul du bateau.


Vous a-t-on déjà fait des remarques sur votre look ?
Comme je vous l'ai dit, le regard des autres ne m'intéresse pas. Je m'assume totalement. Je n'ai pas un look spécial télé. Depuis que j'ai ma boutique d'épices j'ai des dread et je porte des sarewells et des tenues colorées. D'ailleurs ça étonne un peu mes parents. Ils hallucinent d'avoir une hippie dans la famille !


Qu'avez-vous pensé des membres du jury ?
Ce sont des grands cuisiniers. Ils nous ont apporté pleins de conseils. Ils n'étaient pas là pour nous caresser dans le sens du poil. La critique a parfois été dure à encaisser. Mais ils ont toujours été justes. J'ai versé des petites larmes. Mais c'était toujours de joie. Cette aventure était tellement belle. Les critiques ne m'ont provoquée aucune larme. Si on craque, il vaut mieux rendre le tablier. Moi ça me donnait envie de faire encore mieux la prochaine fois. Dès le départ, je leur ai montré que j'avais envie.


Vous êtes très copine avec Frédéric...
Oui. C'est MA belle rencontre de l'aventure. On s'est rencontré par hasard sur le casting et on ne s'est plus lâché. On a envie d'avoir des projets ensemble. On va peut-être partir sur les routes de France et créer un blog avant que je fasse mon Tour du monde. Histoire de faire découvrir les bonnes adresses aux internautes... 
 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience