En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Marion Cotillard évoque ses convictions en matière écologique

Article par Bénédicte DE MONTVALLON , le 05/07/2013 à 10h29 , modifié le 05/07/2013 à 10h29 0 commentaire

Actrice engagée et militante convaincue, Marion Cotillard se confie sur les causes qui lui tiennent à coeur.

Dans une interview accordée au Figaro Madame, Marion Cotillard est revenue sur ses passions : le cinéma, bien sûr, mais aussi son engagement écologiste et ses convictions en matière environnementale.
 
La comédienne, oscarisée en 2008 pour son rôle d'Edith Piaf dans La Môme, parle ainsi de son métier avec beaucoup de recul. "Tout n'a pas été facile, j'ai fait face à des refus, des rejets ou des déceptions. Mais je trouve que le mot "courage" n'est pas vraiment approprié quand on parle des acteurs ; non, il faut relativiser. Ceux que je considère comme mes héros, eux, ont fait preuve de courage, [comme] Aung San Suu Kyi, qui se bat pour son peuple au prix de sa liberté sans que jamais sa foi ne faiblisse".
 
Elle a affirmé une nouvelle fois son attachement aux réalisateurs, déclarant avoir besoin d'une vraie relation avec un metteur en scène. Pour elle, travailler seule, sans personne pour la diriger n'a aucun intérêt. "C'est la raison pour laquelle j'ai refusé quelques blockbusters américains. Les deux seules grosses machines auxquelles j'ai participé sont Inception et Batman, mais Christopher Nolan est un auteur qui n'a rien d'interchangeable".
 
Marion Cotillard rappelle cependant qu'elle n'est pas qu'une actrice. Son engagement écologiste ne faiblit pas. "Je suis une vraie militante dans ma vie de tous les jours. [...] J'aimerais prendre plus de temps pour aller sur le terrain. Je me suis rendue au Congo avec Greenpeace, et un voyage au pôle Nord est prévu. J'aimerais aussi aller rapidement dans la forêt amazonienne avec Tristan Lecomte".
 
La comédienne confie enfin son pessimisme face à l'immobilisme dominant en France. Elle regrette ainsi qu'aucune mesure radicale ne soit prise pour préserver un environnement en péril et s'inquiète de l'avenir des générations futures : "Je pense à nos enfants : ce sont eux qui vont subir. J'ai peur qu'un jour ils n'aient à nous faire des reproches : "Pourquoi n'avoir rien fait quand il était temps ?".

Son constat est sans appel : "J'espère qu'un réveil citoyen se produira, car je crains qu'il ne faille rien attendre des politiques".

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience