En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Mariage Albert et Charlene : la presse française est-elle trop complaisante ?

Article par , le 07/07/2011 à 10h54 , modifié le 07/07/2011 à 11h15 1 commentaire

A 48 heures du mariage de l'été le plus médiatisé, le parle bien sûr du mariage de Albert de Monaco avec Charlene Wittstock, une vilaine rumeur a failli faire tout capoter. Quelques jours après le Oui, retour sur une semaine agitée dans la principauté.

Mercredi dernier, le journal l'Express lançait un pavé dans la marre, en dévoilant une rumeur concernant le couple Albert de Monaco et Charlene Wittstock, rumeur aussitôt démentie par le Palais par l'intermédiaire de son avocat qui avait songé un temps à attaquer le magazine avant de renoncer. Quelques jours après le somptueux mariage, le voyage de noces en Afrique du Sud en cours et les somptueuses festivités du Rocher achevées, il est temps de nous pencher sur ces 48h qui ont failli faire basculer le Rocher monégasque.

Quand L'Express publie son papier, c'est la stupeur dans les médias, tout prompts à déployer leurs éditions spéciales (Sur Tf1, France 2, TMC, BFM TV, I Télé...) leurs numéros collector tout en images (Gala ou Paris Match) et leurs jolies Unes sur papier glacé (Télé Star, Télé Loisirs qui ont consacré leur Une de lundi au couple princier)

Pourtant, à 48 heures du mariage, tout a failli s'arrêter... Un conte de fée trop beau pour être vrai ?, un roman d'amour trop bien écrit ? Et si le conte de fée ressemblait plus à un plan de comm. qu'à une histoire d'amour ?

Dans son dernier numéro,  VSD revient sur cette affaire et ose ce titre "La prisonnière de Monaco, comment la police française l'a empêchée de fuir". Récit abracadabrantesque pour les uns, parmi lesquels Stéphane Bern qui prenait la défense du couple dans les colonnes du Parisien ou coup de poignard salutaire dans un faire-part frelaté comme le pense et l'explique Renaud Revel, rédacteur en chef de l'Express sur son blog en évoquant "Une bluette à l'eau de rose (frelatée) comme la littérature en papier glacée les aime."

 

Particulièrement en verve le journaliste ajoute "Il faudrait donc que la presse et les grands médias audiovisuels acceptent sans mot dire un scénario vendu clé en main par une principauté transformée en une île enchantée. Il faudrait qu'au nom d'une règle non écrite, qui veut qu'on ne touche pas au mythe (racorni) d'un royaume d'opérette, la presse écrite et audiovisuelle accepte cette histoire, sans la moindre distance et le plus petit regard critique. On ne touche pas au Rocher."

 

"Si la fiction st plus belle que la réalité, préférez la fiction" (L'homme qui tua Liberty Valance)... De quoi assurer des ventes records pour les numéros spéciaux de Gala et Paris Match...

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience