En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Lutte contre la violence faite aux femmes : Teri Hatcher raconte son calvaire

Article par Léa BORIE , le 27/11/2014 à 10h36 , modifié le 27/11/2014 à 10h45 0 commentaire

C'est en larmes mais déterminée à faire changer les choses que Teri Hatcher a évoqué, lors d'une tribune à l'ONU à New York, les abus sexuels dont elle avait été victime enfant.

Hier, mercredi 26 novembre 2014, la France fêtait le 40e anniversaire de la loi de Simone Veil sur l'avortement. A l'échelle mondiale, c'était aussi la Journée Internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. D'ailleurs, les Etats-Unis ont lancé une campagne, #orangeurhood, "Tous UNIS pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes" sur unwomen.org, par le Secrétaire général des Nations Unies.


A cette occasion, de nombreux personnages féminins emblématiques se sont exprimés. C'est le cas de Teri Hatcher. L'actrice californienne de 49 ans a prononcé un émouvant discours mardi 25 novembre, lors de son passage à la tribune de l'ONU à New York, devant une foule de politiciens.
 
Teri Hatcher, alias Susan Mayer dans la célèbre série américaine "Desperate Housewives", a profité de ce moment pour faire une référence à son histoire personnelle. La comédienne avait déjà raconté en 2006 avoir été abusée sexuellement par son oncle, alors qu'elle n'avait que 7 ans.


Teri Hatcher est alors revenue sur cet évènement mardi dernier, à travers un discours glacial. La jeune femme a expliqué que son témoignage lui avait demandé beaucoup de courage. Mais c'est aussi cet acte qui lui a permis de briser le silence dans lequel elle s'était enfermée.

 

L'interprète de Lois dans la série "Lois et Clark" a déclaré ne pas se voir comme une héroïne : "Je suis simplement l'une de ces femmes sur trois qui sont obligées d'accepter que la violence fasse partie de leur histoire. Je suis l'une de ces femmes sur trois qui, pour le restant de leur vie, combattront cette petite voix dans leur tête qui les culpabiliseront pour ces abus, une voix qui est à l'opposé de l'acceptation de soi et du bonheur".


A présent, la star internationale compte bien agir à l'encontre de ces déchaînementsirrationnels : "Tant que la violence fera partie de la vie de ces femmes, le silence ne fera pas partie de la mienne."

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience