En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Louis Garrel, portrait d'un beau gosse né dans le Septième art

Article par Anaïs ORIEUL , le 22/08/2011 à 10h32 , modifié le 22/08/2011 à 11h36 0 commentaire

Louis Garrel incarne une certaine idée de la nonchalance. S'il excelle dans les rôles d'amoureux indifférents, il est aussi un acteur au style à part, qui s'améliore de film en film. A l'occasion de la sortie des Bien-aimés, retour sur la carrière du chouchou discret du cinéma français.

Naître dans la famille Garrel impose de s'offrir corps et âme au cinéma. Pas question, par exemple, d'envisager une carrière de professeur ou médecin. Chez les Garrel, on est acteur, réalisateur de père en fils (en fille) et on a forcément le talent dans le sang. Pas étonnant alors que Louis Garrel débute sa carrière à l'âge de six ans dans Les baisers de secours de son réalisateur de père, Philippe Garrel.

 

Pourtant le jeune Louis ne revient au cinéma qu'à partir de 2001, après avoir passé son adolescence à prendre des cours de théâtre et à admirer le style du grand Jean-Pierre Léaud. On l'aperçoit donc dans Ceci est mon corps de Rodolphe Marconi mais c'est un autre film qui le fait réellement remarquer. Dans Innocents-The Dreamers, Louis Garrel donne la réplique à Michael Pitt et vit une relation incestueuse avec sa soeur, interprétée par la charismatique Eva Green. Le film, hommage au cinéma de la Nouvelle Vague est aussi une remise en question sur l'identité sexuelle, la famille et la catégorie sociale. Après ce film étrange et beau, Louis Garrel rencontre celui qui lui a offert ses plus beaux rôles, Christophe Honoré.

 

Le bien-aimé

Le 24 août, Louis Garrel partagera l'affiche des Bien-aimés avec Chiara Mastroianni, Catherine Deneuve et Ludivine Sagnier. Ce film, comédie musicale hommage à Jacques Demy, marquera la sixième collaboration de l'acteur et son réalisateur fétiche, Christophe Honoré. Leur histoire remonte à loin et nous transporte dans les rues de Paris depuis 2004 et le film Ma Mère. Entre les deux hommes, pas de préjugés, pas d'ego démesuré, Honoré offre à son acteur des rôles de fiancé insolent, de petit garçon boudeur ou d'amoureux éconduit. Garrel le lui rend bien,marque de sa nonchalance et de son regard hautain les films Dans Paris, Les Chansons d'amour, La Belle personne et le mélancolique Non ma fille tu n'iras pas danser.

 

Insolence et discrétion

Tour à tour acclamé ou pointé du doigt, Louis Garrel dérange et marque chacun de ses films de sa présence insolente. Beauté atypique et sans âge, il aime sans limites depuis plusieurs années l'actrice Valeria Bruni-Tedeschi (la soeur de Carla Bruni) de 18 ans son aînée et avec qui il a adopté une petite fille en 2009. Alors que Louis Garrel passe en douceur à la réalisation et privilégie de plus en plus les films d'auteur, il retrouvera son père pour Un été brûlant (sorti le 28 septembre), nommé dans trois catégories différentes à la 68e Mostra de Venise qui se déroulera du 31 août au 10 septembre 2011. Et après ? Seul Louis Garrel le sait et c'est très bien comme ça.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience