En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

La note du chef Pierre Lefebvre : Qui atteindra le top 5 de Masterchef ?

Article par , le 04/11/2013 à 09h43 , modifié le 04/11/2013 à 09h53 0 commentaire

Plus que 9 candidats dans l'aventure Masterchef. Passé la barre du top 10, j'imagine qu'ils se donnent tous au moins l'objectif d'atteindre le top 5, avant de rêver d'une finale...

C'est dans l'émotion que débute ce sixième épisode, après un préambule touchant d'Yves Camdeborde qui essuie une petite larme en se laissant rattraper par un souvenir d'enfance. Les candidats ne sont pas en reste puisque des membres de leur famille viennent les épauler pour une épreuve en binôme. 


Grand mère, frère, fille... La cuisine ménagère est à l'honneur, celle qui est à l'origine de toute carrière de cuisinier passionné, et dont le goût, l'odeur, voire l'évocation suffisent à vous replonger des années en arrière, en culotte courte sur la pointe des pieds, pour deviner ce qui se cache sous le couvercle de la marmite.


Cette épreuve permet au jury de mettre à nouveau l'accent sur leurs attentes : le goût avant tout, la sincérité, la générosité. La cuisine ne doit pas se cacher derrière une technique, un dressage "moderne". Message reçu pour de nombreux candidats, je salive devant de superbes plats : une paëlla magnifique chez Marc, une choucroute monumentale chez Séverine... De la belle cuisine  pour tout le monde, même si les desserts d'Eric et Christophe comportent quelques défauts de réalisation. Le riz au lait ne porte pas plus chance à Christophe à l'atelier qu'en Camargue puisqu'il part directement en test sous pression.


Les 8 candidats qualifiés grimpent alors jusqu'au restaurant de Jean Sulpice pour une superbe épreuve de reproduction de plat. La transition de l'amateurisme vers le métier de cuisinier s'opère progressivement, ils sont plutôt à l'aise derrière de vrais fourneaux et les assiettes subtiles, techniques et poétiques du chef étoilé sont reproduites avec un certain brio ! J'ai plaisir à voir la progression des candidats, en compétition depuis six semaines, qui se nourrissent des épreuves passées, des conseils des chefs, de livres et de recettes échangées. Je me rappelle ma progression assez fulgurante l'an passé, en trois mois de compétition, on commence à avoir quelques heures de cuisine au compteur ! 


L'équipe de Marc brille par la justesse de leur cuisine, en dépit d'une présentation moins précise que l'équipe de Kevin. Le score est sans appel, ce qui n'enlève rien au mérite de l'équipe emmenée par Kevin, qui a eu quelques difficultés de leadership, à l'inverse d'un Marc très à l'aise dans l'exercice. La cuisine est une affaire d'équipe, c'est le point faible de Kevin à ce jour, malgré ses qualités de cuisinier.


Eric, Shirley, Séverine et Kevin se retrouvent à l'atelier avec un trio de choc : maquereau, sardine, anchois !


Carte blanche autour de ces poissons, belle épreuve ! Pourtant, on sent les candidats peu à l'aise avec ces produits, certes délicats mais si intéressants à travailler. Shirley doute... Par peur de lasser le jury de sa cuisine aux saveurs asiatiques, elle exécute un plat qui ne lui ressemble pas, et verse une petite larme à la dégustation. 


Séverine propose ni plus ni moins une sardine à l'huile (et au fenouil) et échappe de justesse au test sous pression face à Eric, pris par le temps et pénalisé par des choix trop ambitieux.
Eric et Christophe, devenu le taulier des épreuves en tablier noir, s'affrontent autour d'une paupiette !


Christophe est gonflé à bloc, certainement un peu plus reposé et toujours sûr de lui, quoi qu'il arrive. Eric semble en revanche complètement abattu, sa fougue et sa générosité, son envie de bien faire (trop ?) ont eu tendance à le pénaliser ces dernières semaines.


Yves Camdeborde s'impose en maître ès paupiette ! Eric et Christophe n'ont plus qu'à faire aussi bien ! 


Deux personnalités très différentes, les recettes le sont tout autant. Christophe prend le parti d'exécuter une démonstration technique avec une recette qui part un peu dans tous les sens. En face, Eric joue la carte « Madeleine » pour rester dans la thématique de la première épreuve. Sa paupiette comme le faisait sa maman est très classique, et devra donc être parfaitement maîtrisée... 


Il aurait peut être dû s'en tenir à la recette familiale car l'ajout du poivron vert lui est fatal...
Eric quitte alors l'atelier, en ayant laissé une empreinte forte sur cette saison 4. Les larmes et les applaudissements de ses camarades de jeu en disent long sur son évidente gentillesse. Je lui souhaite tout le bonheur possible dans cette nouvelle carrière de cuisinier.
Rendez-vous la semaine prochaine... 

 

Les Carnets de Pierre & Simon : Cuisinez 5 fruits et légumes par recette et Revisitez les classiques aux éditions Milan. Prix : 9,95 euros.  

 

A lire aussi : Exclu : Pierre de Masterchef 3 : Les chefs ont un tempérament de feu 

 

https://www.facebook.com/PierreMasterchef
@pierrecuisine

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience