En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

L'amour est dans le pré : Les 7 premiers candidats

Article par Emilie LOPEZ , le 04/01/2011 à 21h55 , modifié le 04/01/2011 à 23h27 0 commentaire

L'heure est venue de découvrir les 14 agriculteurs qui rythmeront l'été. Une présentation afin que les téléspectateurs (trices) intéressé(e)s se fassent connaitre, et trouvent peut-être l'amour dans le pré !

Premier agriculteur à accueillir Karine Le Marchand, Fabien, 33 ans, qui vit en Meurthe-et-Moselle. Cet ersatz de Lucky Luke élève chevaux, vaches, veaux, oies, poules, et abeilles, et a la particularité d'être végétarien ! Allergique à la ville (« Habiter là-bas ? Mais je serais obligé d'aller au bistro tous les jours, ce serait chiant ! »), il recherche une femme. Point. Sans « style » particulier, il affirme ne pas avoir d'a priori. Il changera peut-être d'avis quand il recevra les premières photos...

Alexis, lui, a 47 ans, et s'occupe de 17 hectares de vignes sur une île du Var, avec son frèreoù ils cultivent du vin rouge, du vin blanc, et du rosé. Il avoue avoir essayé Internet, mais « c'était catastrophique ! Déjà les photos ne correspondait pas du tout à la personne (...) C'est un truc sur lequel je risque de me mettre en colère ». Les candidates sont prévenues. Et qu'elles se rassurent, même si elles n'ont pas « un physique facile », Alexis s'en moque : « il faut s'orienter sur une autre richesse que la beauté »

Même constat pour Sylvain, 33 ans, qui vit en Haute Normandie. Passionné par les « Concours du plus beau sillon tracé en tracteur », il l'est beaucoup moins par la langue française : « Tout ce qui est matériel c'est mon dada. Si j'aurai pas ça je serais malheureux » glisse-t-il. Papa totalement fou de sa fille, il a « un coeur gros comme ça » et veut de l'affection, commeJean-Michel, 38 ans, de l'Indre et Loire.

Spécialisé dans les vaches laitières, il a tout construit seul, et en est fier. Et il a même donné quelques noms « étonnants » à son bétail, parmi lesquels Ulla, Balladeuse et Câline ( ! ). Rieur de prime abord, il n'a pas eu une enfance facile, et a appris à se débrouiller seul. Si bien qu'il s'occupe lui-même du ménage et de la vaisselle, et n'attend de sa dulcinée qu'une seule chose : qu'elle cuisine, notamment les desserts. « Le physique n'a aucune importance, je veux une fille sincère, qui me fasse des bisous, j'en ai besoin ».

 

Amour est dans le pré Mathieu

 

Mathieu, lui, est le plus jeune des participant. A 28 ans, il travaille sur l'exploitation familiale et c'est, en fait, sa soeur qui l'a inscrit. Passionné par son travail, il dit savoir ce qu'il veut, et cette volonté transaprait dans es exigences pour les femmes : « Un peu plus petit que moi, qu'elle ait la même morphologie, le même gabarit » (ce dernier étant du style « coton tige », femme à forte corpulence, s'abstenir).

 

Amour est dans le pré Céline

 

Place ensuite à la première femme de l'aventure : Céline. De haut de son 1m47, cette mal-entendante de naissance est une femme de poigne qui vit dans les Pyrenées-Atlantique où elle fabrique du fromage artisinal. Décrite comme étant très sportive, très courageuse et déterminée, elle cherche rien de moins que l'homme idéal, puisque sa description est « beau, simple, qu'il ait de l'amour, qu'il soit franc, sincère, courageux, bricoleur ». Elle aurait peut-être dû rajouter le mot « humble », de peur de ne voir débarquer un Michael Vendetta en puissance !

Enfin, dernier de cette première présentation, Jean-Claude, 40 ans, est passionné par ses vaches, qu'il fait concourir au niveau régional. Il offrira surtout à Karine Le Marchand un grand moment de solitude, quand il fera venir sa vétérinaire, prête à osculter ses bestiaux. « Il faut avoir fait de grandes études pour vous aider ! C'est dommage, j'aurai tellement voulu mettre une sonde dans le rectum d'une vache ! » lance l'animatrice, ironique. Par la suite, le candidat, humble, avouera « Au niveau culturel, à moi faut pas m'en demander de trop ! ». Il le prouvera par la suite en réinventant une expression : « J'ai pas dormi tous les jours sur la tête d'oreiller avec les deux oreilles tranquilles » . No comment...

Amour est dans le pré Jean-Claude

 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience