En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Koh-Lanta Malaisie : interview de Thierry, éliminé de l'épisode 11

Article par , le 12/01/2013 à 09h00 , modifié le 18/01/2013 à 11h28 0 commentaire

Sorti par ses camarades d'infortune au dernier conseil, Thierry le magnétiseur garde la tête froide et la zen attitude. Son expérience en Malaisie fut un plasir pour lui.

En un mois d'aventures, Thierry sera passé par toutes les émotions mais aura toujours réussi à garder son calme. Le magnétiseur a longtemps médité pour trouver la meilleure stratégie mais a finalement été éliminé à l'issue d'un dixième épisode riche en émotions. Interview d'un homme calme et tempéré.

 

Comment vous  êtes-vous préparé pour l'aventure ?
Je ne me suis pas préparé du tout ! Je fais du sport tous les jours, même si cela ne se voit peut-être pas dans l'émission. En général, je finissais toujours quatrième des épreuves. A 45 ans, ce n'est pas trop mal. Je n'ai pas fait de préparation car je voulais arriver le plus léger possible, sans pression, sans à priori. Je ne voulais pas dénigrer ce côté-là mais je ne souhaitais pas non plus me prendre le chou. J'y suis allé tranquille, zen. Trop préparer, c'est fausser le jeu. C'est ma perception. Koh-Lanta est une aventure ludique. Il y a 100 000 euros mais personnellement je n'y ai jamais pensé, même si je ne peux pas vous le prouver. Comme tout ce que je fais dans la vie, j'y suis allé pour le plaisir.
 
Vous avez eu un changement de carrière étonnant en devenant magnétiseur après des années dans la restauration...
Ce don a toujours été là. Bien évidemment, je n'en parlais jamais avant. Les gens comme nous, à l'époque, on les brûlait sur la place publique. On est en dehors des sentiers battus de la médecine allopathique. C'est en moi depuis l'enfance. J'ai toujours eu le don de perception. Cela fait une vingtaine d'années que je le pratique sur moi, mon ex-femme, mes enfants, les amis et la famille. J'avais de plus en plus besoin d'apporter un mieux être aux autres. J'espère juste aujourd'hui que je pourrai en vivre. Cela fait un an que j'essaye de me faire une clientèle et comme les gens continuent malheureusement d'être malades, je prends soin de certaines personnes.

 

Vous avez commencé avec le camp rouge. Quel souvenir gardez-vous de cette expérience ?
C'était génial. Nous n'étions peut-être pas une famille mais il n'y avait pas d'animosité. Bien sûr, il y avait des petits clans. Moi, j'étais bien avec tout le monde. Pas par opportunité mais par plaisir et affinités. C'est un bon souvenir.


Le passage au camp blanc a été plus difficile. Comment avez-vous vécu la réunification ?
La réunification ? Très bien. On devait trouver de nouveaux repères. J'ai essayé de m'évertuer à être neutre, ni rouge, ni jaune. Dans ma tête, j'étais un peu Mawar mais j'ai tout fait pour être blanc. Je ne pense pas que cela ait porté ses fruits !


 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience