En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Journée de la femme : l'interview-vérité de Rachida Dati !

Article par Malaika COCO , le 08/03/2009 à 11h01 2 commentaires

A l'occasion de la journée de la femme, découvrez l'entretien exceptionnel que Rachida Dati a accordé au Journal du Dimanche paru... samedi. Extraits.

S'il y a une femme qui a découvert les joies et les revers de la médiatisation, c'est bien Rachida Dati. Des bouleversements de sa carrière politique à la naissance de la petite Zohra, elle revient sur son parcours et sur ses réformes dans le Journal du Dimanche. Face aux rumeurs de disgrâce, la Garde des Sceaux en profite pour défendre son bilan et par la même occasion passer un message fort à ses détracteurs. Malgré son départ de la place Vendôme, Rachida Dati compte bien rester présente sur tous les fronts. 
 
2009 est une année très spéciale pour Rachida Dati. Sa carrière prend certes un nouveau tournant mais selon ses propres mots : "l'événement qui a été le plus marquant pour moi, c'est la naissance de ma fille". Elle confie que sa grossesse a été plutôt inattendue : "J'ai longtemps cru ne pas pouvoir avoir d'enfant, ça a été une belle surprise". A 43 ans, Rachida Dati a goûté au bonheur d'être mère. Depuis le 2 janvier, la petite Zohra illumine la vie de sa ministre de maman.
 
Mais les joies de la maternité n'ont pas détourné Rachida Dati de ses responsabilités politiques. On se souvient de la polémique née de son retour au travail jugé trop rapide, cinq jours après son accouchement. La ministre de la Justice s'en explique : "Je n'étais pas dans la performance, ma santé me le permettait et je n'aurais rien fait contre l'avis de mon médecin. Il ne faut pas croire que je n'étais pas fatiguée. Bien sûr, je l'étais. Je n'ai pas 20 ans. En outre je suis Garde des Sceaux, j'ai des devoirs... Mais, fondamentalement, je pense que le premier droit des femmes, c'est la liberté".
 
Et sa liberté, Rachida Dati entend bien la conserver aussi en politique, toujours "au service des Français". Elle révèle que la date de son départ de la Chancellerie "n'est pas encore décidée". La Garde des Sceaux précise qu'elle attendra "le vote de la loi pénitentiaire qui devrait intervenir début mai". En attendant, elle prépare le terrain pour mener la campagne des élections européennes : "En briguant un mandat de députée européenne, je change de responsabilités mais pas de mission. (...). J'ai plus que jamais envie de continuer à faire de la politique, c'est-à-dire d'améliorer la vie des gens".  
 
A la veille de cette nouvelle étape, l'heure est désormais au bilan. Rachida Dati dit assumer la politique qu'elle a menée au ministère de la Justice : "J'ai mené à bien trente réformes en vingt-quatre mois". Loin des rumeurs, Rachida Dati bénéficie donc du soutien de Nicolas Sarkozy. Non sans humour, elle balance une de ses phrases-choc dont elle a le secret : "Depuis le temps qu'on annonce ma disgrâce, je devrais déjà être à la cave". C'est dit !
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience