En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Johnny Depp et ses gardes du corps attaqués en justice

Article par Chloe DIQUERO , le 30/10/2012 à 11h39 , modifié le 30/10/2012 à 11h43 0 commentaire

Une femme affirme avoir été agressée par les gardes du corps de Johnny Depp lors d'un concert en décembre dernier. Selon ses dires, l'acteur américain aurait même assisté à la scène. Elle a donc décidé de porter plainte et réclame désormais des dommages et intérêts.

Robin Eckert, 53 ans et professeur de médecine à l'Université de Californie à Irvine, dit avoir été attaquée par les gardes du corps de Johnny Depp. D'après la jeune femme, l'histoire remonte à décembre dernier, lors d'un concert d'Iggy and the Stooges. Elle raconte avoir acheté des billets pour le carré VIP. Endroit qu'elle dit avoir quitté pendant l'entracte. Au moment de revenir, lors de la reprise du show, Robin affirme que les agents de sécurité de l'acteur américain l'ont empêchée de reprendre sa place. Selon ses dires, ils l'auraient même traînée à terre. Une scène à laquelle Johnny Depp aurait assisté sans broncher. C'est en tout cas ce que décrète Robin : "Depp a vu l'agression mais bien qu'il fut le responsable direct de ses gardes du corps, il n'a rien fait pour l'arrêter".

L'avocat de l'acteur américain, Andrew Brettler, conteste toute implication de son client. "Ils ne peuvent rien prouver, à part le fait qu'il était là, passivement" a-t-il ainsi déclaré, avant d'ajouter que seuls deux des 4 agents de sécurité poursuivis travaillaient pour Johnny Depp. Andrew Brettler aurait, par ailleurs, demandé à Michael Johnson, juge en charge de l'affaire, de limiter les réparations éventuelles à une simple indemnisation. Une demande immédiatement rejetée par ce dernier. Car, pour Michael Johnson, "les faits exposés sont suffisants. Qu'ils soient prouvés ou non, ou qu'ils aient été exagérés est un sujet différent." Robin est donc en droit de demander des dommages et intérêts, selon le juge. Affaire à suivre...

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience