En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Jim Carrey dégoûté par la violence de Kick-Ass 2

Article par O. de A. , le 25/06/2013 à 14h35 , modifié le 25/06/2013 à 15h48 0 commentaire

Jim Carrey refuse d'assurer la promotion de son dernier film Kick-Ass 2 qu'il juge trop violent. Une décision radicale qui relance le débat sur les armes aux Etats-Unis

A quelques jours de la sortie de Kick-Ass 2, Jim Carrey a décidé de boycotter la promotion. Le héros de The Mask s'indigne contre la teneur violente du film, à l'aune du drame qui a frappé son pays.


Très déterminé, l'acteur américain s'est justifié : "20 fusillades par an aux Etats-Unis. Vous êtes OK avec ça ? Moi non. J'ai tourné Kick-Ass un mois avant Sandy Hook et aujourd'hui, sincèrement, je ne peux plus supporter ce niveau de violence", s'est-il emporté sur son compte Twitter. Il fait notamment allusion à la fusillade de Sandy Hook (Connecticut), le 14 décembre dernier. Un adolescent avait tué 26 personnes (dont 20 enfants) dans une école élémentaire, après avoir tiré sur sa propre mère. C'est une cause noble et chère à l'acteur qui s'était élevé aux côtés d'autres stars pour appeler à limiter la vente d'armes aux Etats-Unis.

 

"Mes excuses"

L'occasion, du reste, de relancer ce débat épineux qui divise outre-Atlantique. Conscient de l'impact de sa prise de position sur le film et les équipes qui y ont travaillé, Jim Carrey a tenu à clarifier la situation sur le réseau social : "Mes excuses aux membres de l'équipe. Je n'ai pas honte du film mais les récents événements ont changé des choses dans mon cœur'. L'icône de l'humour américain refuse donc de donner des interviews, d'aller présenter son rôle et d'en assurer la promotion. Au grand dam de Mark Millar, le producteur exécutif et auteur de la bande dessinée à l'origine de ce film culte qui signifie en français "la baston". Ce dernier, désappointé par ce revirement, a réagi au risque d'émettre un parallèle maladroit : "Il est vrai que le nombre de morts (dans le film) est très élevé, mais un film qui s'appelle Kick-Ass se doit d'offrir ce que promet le titre. C'est sa décision, mais je n'ai jamais vraiment adhéré à l'idée que la violence dans la fiction conduit à la violence dans la vraie vie, pas plus que les sorts de Harry Potter ne créent des sorciers".

 

Mais Jim Carrey persiste. C'est donc l'homme, avant l'acteur, qui parle et il le fait avec le cœur. D'ailleurs c'est sous un nouveau jour qu'il réapparaît ces derniers temps. Ainsi il a décidé de sortir un livre pour enfants. C'est son fils âgé de 3 ans qui l'a inspiré. Après avoir forgé son image de joyeux déluré à grand renfort de personnages fantasques et complètement barrés, Jim Carrey fait tomber le masque. L'heure de la sagesse a-t-elle sonné ?

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience