En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Jean-Luc Delarue, entre splendeur et décadence

Article par , le 24/08/2012 à 14h41 , modifié le 24/08/2012 à 14h45 0 commentaire

Retour sur les meilleurs et les pires moments des 25 ans de carrière télévisuelle de l'animateur vedette, décédé vendredi à l'âge de 48 ans.

Il était l'homme à l'oreillette. Le brillant animateur à la tête de gendre idéal. Une figure incontournable du PAF. Un emblème des animateurs-producteurs. Il était aussi la cible préférée de la presse, entre dérapages et ennuis judiciaires. Retour sur la carrière de Jean-Luc Delarue.


Des débuts prometteurs
Jean-Luc Delarue a à peine 23 ans quand, après un mini passage sur TV6 (ex-M6), il débarque à Europe 1. C'est en effet à la radio que l'un des plus célèbres animateurs de télévision fera ses débuts, en 1987. Il y anime notamment le Top 50, avec Yvan le Bolloc'h. Puis c'est à Canal+ qu'il fera ses gammes, se révélant à la présentation ans "La Grande Famille", une émission quotidienne qu'il va animer et produire pendant 3 ans, entre 1991 et 1994.


L'homme à l'oreillette
En 1994, il rejoint France 2 qu'il ne quittera plus. C'est le début de la gloire avec « Ça se discute ». Une gloire qui paraît ne jamais vouloir finir : il animera et produira durant 15 ans. Avec ce détail à l'image devenu sa marque de fabrique... et le sobriquet préféré de la presse : « l'homme à l'oreillette ». Qu'importe, il assume : « ça signifiait qu'une émission, c'est un travail d'équipe qui ne repose pas seulement sur les épaules d'un animateur ». Autre marque de fabrique : sa diction rapide, presque mécanique. Son assurance et son aisance aussi.

Successman
Qui dit notoriété, dit prospérité. Plus rien n'arrête Jean-Luc Delarue qui crée sa société, Reservoir Prod, dont les productions vont essaimer sur toutes les chaînes, du talk show à succès « C'est mon choix », présenté par Evelyne Thomas de 1999 à 2004, sur France 3, à « Stars à domicile » et « Vis ma vie » sur TF1, en passant par « Recherche appartement ou maison », puis « Maison à vendre » et des reportages pour « Zone interdite » sur M6. Succès, succès, succès. Sans compter les émissions qu'il anime lui-même : « Déjà dimanche » et « Déjà le retour », des succès. Au point d'obtenir un prime-time avec son émission de société « Jour après jour », qui lui vaudra même un Sept d'Or.

Dérapages...
En fait-il trop ? Au fil des années, l'alcool et la drogue s'invitent de plus en plus chez lui. En 2009, alors qu'il présente les Globes de Cristal sur France 3 avec Carole Gaessler, l'animateur fait un premier dérapage médiatique en faisant une blague graveleuse à l'écrivaine Yamina Benguigui. "Vous voulez que je vous tienne votre globe... ou vos globes ?" Silence dans la salle consternée. Jean-Luc Delarue présente ses excuses, mais ce qui est dit est dit : France Télévisions le prive de direct.
Le 14 septembre 2010, nouvelle information choc : la police a débarqué au domicile Jean-Luc Delaru au petit matin. Il passera 10h en garde à vue, dans le cadre d'une enquête sur un trafic de stupéfiants car « l'enquête a montré qu'il achetait de grandes quantités de cocaïne » expliquera le parquet. D'ailleurs ce jour là, 16 grammes de cocaïne ont été saisis chez lui. Les policiers cherchaient à savoir si Jean-Luc Delarue réservait cette cocaïne à sa consommation personnelle, malgré l'importance des sommes engagées, ou s'il en faisait bénéficier d'autres personnes. Malgré son mea culpa à la télévision, la direction de France Télévisions décide de le suspendre, confiant à Sophie Davant le soin de présenter son émission « Toute une histoire ». Après une cure de désintoxication et un tour de France en camping-car pour témoigner des dangers de la dépendance à la drogue, il est censé reprendre l'antenne... et est renvoyé en correctionnelle pour acquisition et détention de cocaïne dans le cadre d'une vaste affaire de trafic de stupéfiants. Mais, début juillet 2012, le procès s'ouvre... sans lui. Des peines de 18 mois de prison avec sursis à 5 ans ferme sont prononcées contre 6 personnes, tandis que la comparution de Delarue est reprogrammée à 2013.

... et maladie
Car, après un an de disparition médiatique, le 2 décembre 2011, Delarue a annoncé lors d'une conférence de presse être atteint d'un cancer. « Je suis entré le 13 novembre dernier à l'hôpital, j'avais très mal au ventre depuis un an et demi. La douleur était insupportable mais on s'habitue. Parce qu'on s'habitue à tout. Au bout de quelques heures aux urgences, on m'a retiré 4 litres d'eau dans le ventre. Je pensais rentrer à la maison le soir même, j'avais un tournage le lendemain matin. Mais très vite, les médecins m'ont dit que j'avais un cancer de l'estomac et du péritoine », confie-t-il ému. Combattif, il se dit alors prêt à lutter. « Ma guérison est possible et probable. C'est lui ou moi. C'est un combat. Il y en a un des deux qui va mourir. »

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience