En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Jean-Luc Delarue : Anissa s'exprime pour la première fois

Article par Chloe DIQUERO , le 31/10/2012 à 11h17 , modifié le 31/10/2012 à 11h23 0 commentaire

Elle brise enfin le silence. Anissa, veuve de Jean-Luc Delarue, parle pour la première fois dans une interview accordée au magazine "Paris Match". Maladie, testament, conversion à l'islam, derniers jours aux côtés de l'animateur... : Anissa aborde tous les sujets, affirmant "Je ne suis pas en guerre, mais en deuil".

"Ces polémiques de mauvais goût me forcent à interrompre un deuil, que je vivais tant bien que mal, pour rétablir la vérité et demander le respect de ma souffrance." C'est la première fois qu'elle s'exprime depuis la mort le 23 août de son mari Jean-Luc Delarue. Anissa a accordé une longue interview au magazine "Paris Match", paru ce mercredi. L'épouse de l'animateur dit être très choquée par ce qu'elle lit et entend, un peu partout, au sujet de son mari décédé. C'est pour cette raison qu'elle a décidé de briser le silence. Premier sujet abordé par Anissa : sa relation avec Jean-Luc Delarue. Cette dernière affirme avoir rencontré l'animateur en 2008. D'après ses dires, ils se seraient souvent croisés, Jean-Luc l'aurait ensuite invité à déjeuner et ils se seraient mis ensemble, deux mois après. Anissa raconte avoir désiré faire une pause, en mai 2009, affirmant ne plus supporter le train de vie de l'animateur et ses "relations toxiques". Ils se retrouvent pourtant, un an plus tard, en février 2010.


Anissa revient ensuite sur les circonstances de la maladie de Jean-Luc Delarue. Elle dit avoir appris qu'il était atteint d'un cancer en novembre 2011. D'après Anissa, Jean-Luc Delarue aurait souhaité prendre les devants pour annoncer lui-même sa maladie, suite aux rumeurs et photos qui circulaient déjà sur le net. La veuve de l'animateur affirme également avoir poussé Jean-Luc Delarue à renouer avec sa famille. Elle certifie même que les frères et le père de l'animateur se sont rendus à son chevet. Concernant les visites de ce dernier, Anissa déclare : "visiblement, ils n'avaient rien à se dire".


L'épouse de Jean-Luc Delarue aborde aussi le sujet des funérailles de son mari. Elle dit avoir respecté les dernières volontés de Jean-Luc Delarue, qui "ne voulait pas de photos volées pour son dernier voyage". A en croire Anissa, l'animateur n'aurait pas souhaité être enterré au Père Lachaise, voulant à tout prix "éviter le circuit touristique". Concernant les rumeurs sur une probable conversion de Jean-Luc Delarue à l'islam, Anissa dément en bloc : "il est simple de constater qu'il n'y a pas de carré musulman à Thiais", avant d'ajouter "un acte de conversion à titre posthume est impossible". La jeune femme affirme même ne pas être pratiquante. Enfin, Anissa revient sur le testament de son mari et le sort réservé à la société de Jean-Luc Delarue, Réservoir Prod. L'épouse de l'animateur rappelle alors la loi : "en droit français, la femme hérite de 50% des biens et le fils des 50% restants. Ni lui ni moi n'avons notre mot à dire". Elle conclut l'interview par cette phrase : "Je ne suis pas en guerre, mais en deuil de l'homme que j'aimais".

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience