En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Interview exclusive d'Elie Semoun "Je ne suis pas là pour vanner"

Article par , le 27/10/2009 à 08h56 , modifié le 27/10/2009 à 18h07 0 commentaire

Avis aux fans d'Elie Semoun : vous n'avez pas eu l'occasion de le voir en tournée pour son spectacle " Merki " ? Précipitez-vous sur son DVD qui vient de sortir. Pour l'occasion, Elie Semoun revient pour nous sur l'histoire de ce spectacle.

A l’heure où sort le DVD de Merki, quel bilan tirez-vous de votre tournée ?

Un grand bonheur ! Les gens n’ont jamais été aussi nombreux à venir. Faire un nouveau spectacle, monter sur scène pour un one man show, c’est toujours très angoissant. Alors ça me fait très plaisir que le public me suive. Ce spectacle est celui qui a eu le plus de succès, c’est aussi le plus personnel.

Comment s’est passée l’écriture de ce spectacle ?

Ce spectacle a été écrit dans la douleur, à un moment un peu compliqué de ma vie, sur le plan personnel. En plus, j’étais en plein tournage de mon film, Cyprien, j’étais dans l’urgence, c’était difficile à gérer.

Muriel Robin, Manu Payet, Pierre Palmade ont collaboré sur ce spectacle, quel est exactement le rôle de chacun ?

Ils m’ont apporté une aide amicale mais aussi artistique. Je respecte beaucoup leur point de vue, et ils m’offrent un regard précieux sur mon travail. Avec Manu, on est potes, on a beaucoup écrit par téléphone. On était morts de rire en écrivant les sketchs. Au téléphone, on ne triche pas, on voit tout de suite si ça fonctionne ou pas.

Avec Pierre (Palmade) c’est un peu différent… On a mis du temps pour écrire, le temps de se jauger. Et puis, les choses se sont débloquées, on a écrit le sketch de l’Avocat en une après-midi.

Je crois quel le spectacle était assez bien écrit car il a très peu bougé au fur et à mesure de la tournée, c'est un signe.

D’où est venue l’inspiration pour ce spectacle ?

C’est sans doute mon spectacle le plus personnel, je parle du couple notamment. En fait, je parle des sujets qui me touchent, de l’actualité, de l’air du temps… c’est difficile d’expliquer l’inspiration. A chaque fois que je me retrouve devant une page blanche au moment d’écrire un nouveau spectacle, je stresse. Et pourtant c'est mon sixième spectacle !

Vous parlez d’internet, des sites de rencontre, des réseaux sociaux, ça vous énerve ?

J’ai l’impression que Facebook n’enlève rien à la solitude des gens, ce n’est que du virtuel. Les gens y affichent leur mégalomanie, leur narcissisme, je trouve que tout ça a un côté assez pathétique.

Comment savez-vous si un sketch est bon, vous les testez sur vos proches ?

Oui bien sûr, l’avis de mes proches est important, j’apprécie aussi le regard des gens du métier comme Muriel Robin par exemple mais aussi mes régisseurs.

Vous travaillez sur un scénario dans lequel apparaîtra un personnage culte, Mikeline, vous pouvez nous dévoiler un bout de la trame ?

Je ne peux pas vous en dire trop (rires) Tout ce que je peux vous dire, c’est que ça parlera de jalousie, une passion dévorante…

Que pensez-vous des humoristes « méchants » à la Stéphane Guillon qui fait polémique en ce moment ?

Il a du talent mais ce n’est pas mon type d’humour. Il est dans la cruauté, la noirceur, et côté style il est plus dans la chronique, le billet d’humeur. Personnellement, je me sens plus proche d’un Jérôme Commandeur. Je ne suis pas là pour vanner, mais plutôt pour faire rêver.

Franck Dubosc vous trompe avec Stéphane Rousseau, avec qui il fait un spectacle, alors pas trop jaloux ???

(Rires) Je suis sa maîtresse… et j’accepte qu’il soit avec Franck.

Quels sont vos projets à court terme ?

J’achève la tournée de Merki que j’achèverai au Zénith les 28, 29, 30 décembre prochains. Alors je me remettrai à l’écriture, je prendrai un peu de retrait.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience