En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Interview exclusive : Benjamin Bove, le coach en "culture gay" de Mon Incroyable fiancé 2

Article par Aurore DUBOIS-SEAC'H , le 22/07/2009 à 12h00 2 commentaires

On se souvient bien de Benjamin Bove, ce beau blond découvert dans les Queer il y a déjà quelques années. Heureusement, cet homme entier et franc n'a pas quitté l'univers télévisuel et est présent dans la nouvelle émission de TF1, Mon Incroyable fiancé 2.

Plurielles.fr : Comment êtes-vous arrivé sur Mon Incroyable Fiancé 2 ?
Benjamin : Parce que je suis l'un des meilleurs coachs avec Xavier, surtout en culture gay et dans ces cas là on choisit les meilleurs (rires) !

Plurielles.fr : Ils ont pensé à vous tout de suite ?
Benjamin : Je ne sais pas, j'ai passé un casting en fait, ils m'ont quand même fait passé un casting pour savoir au bout du compte que c'était quand même moi à 95% déjà avant que je vienne ! Maintenant on fait comme aux Etats-Unis, on fait passer des castings, même si on sait que les gens vont être choisis. J'ai fait un casting en ne sachant pas du tout de quoi il s'agissait, c'était carrément un flou artistique. Je suis sorti en ne sachant pas ce que je faisais et pour quoi c'était. Finalement, quelques temps après, on m'a rappelé et on m'a parlé du projet.  J'ai tout de suite beaucoup aimé le concept. Je connaissais Mon Incroyable fiancé 1, j'en avais beaucoup entendu parler, mais à l'époque je ne l'avais pas vu parce que je n'étais pas en France. Mais là, le fait que cela soit une version gay, c'était deux fois plus drôle !

Plurielles.fr : Le concept vous a donc tout de suite séduit ?
Benjamin : Oui, je trouve le principe en lui-même super drôle, que cela soit sur le premier ou sur le deuxième. C'est le concept que j'ai beaucoup aimé. Un coming out à la base, cela n'a quand même rien de drôle, et là ce qui me plaisait c'était de tourner un sujet un petit peu touchy, mais avec la comédie. Quand on veut prendre des sujets comme ça et que l'on veut en parler, la meilleure façon, je pense, c'est la comédie, plutôt que le côté drama. Et j'avais envie aussi de faire quelque chose comme Queer ou comme quand j'étais au théâtre, me rediriger vers la comédie. Ca me ressemble plus.

Plurielles.fr : Vous avez eu l'impression de pouvoir faire avancer un peu le regard des gens sur l'homosexualité avec cette émission ?
Benjamin : Je ne sais pas si j'ai fait avancer les choses. J'espère que cela fera réagir certaines personnes ou certains parents. Maintenant, faire avancer les choses, si cela ne tenait qu'à une émission télé ou un divertissement, quelque chose d'aussi léger, cela serait trop facile et trop bien !

Plurielles.fr : Et vous pensez que Christopher va réussir à faire passer une partie de ce message ?
Benjamin : Oui, je pense qu'il va réussir à faire passer ce message. C'est quelqu'un d'hypersensible et c'est aussi quelqu'un qui n'est pas fermé au sujet. Dans le langage actuel, il était déjà gay friendly à la base. Et pour lui, ses parents ne pouvaient tellement pas croire qu'il était gay, que c'était hyper facile. Mais il s'est aperçu que d'être gay, ce n'est pas si facile que ça et ce n'est pas forcément jouer le Zaza Napoli. La Cage aux folles, c'était les gays des années 70-80. Et c'était une comédie, donc les traits étaient grossis, c'est ce que l'on retrouve dans Pédale douce. Avec Mon Incroyable fiancé 2, on a grossi les traits juste dans le premier épisode, mais juste pour les mettre dans le bain. C'est vrai que l'on peut paraître assez caricaturaux et avec un humour assez gras. Mais je rassure, c'est juste pour le premier épisode et après on se calme, il y a même des épisodes où l'on ne nous voit pas pour laisser le public souffler !

Plurielles.fr : Votre travail de coach consistait en quoi ?
Benjamin : C'était de dire que d'être gay, ce n'est pas une tare, que de l'annoncer à ses parents, ce n'est pas si facile que cela, mais ce n'est pas un drame en soit. La terre continue de tourner. C'est juste un choix sexuel. Et le but aussi est de montrer que d'être gay ce n'est pas être Zaza Napoli. Oui, il y a des "folles", il y a ce genre de catégorie, mais pas que ça.

Plurielles.fr : Quels sont vos autres projets ?
Benjamin : Vous le saurez bien assez tôt ! On va me revoir, mais peut-être pas là on vous m'attendez. Cela fait un an que je travaille dessus, donc voilà. Ca va arriver, je prends mon temps pour cela.

La suite de l'interview sur la page suivante.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience