En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Ingrid Chauvin : "Thierry et moi avons toujours voulu avoir une grande famille"

Article par Chloe DIQUERO , le 02/07/2014 à 10h50 , modifié le 02/07/2014 à 11h02 0 commentaire

Trois mois après le décès de sa petite fille, Jade, Ingrid Chauvin revient sur ce drame, qui a bouleversé sa vie, dans les colonnes de Gala. Elle y évoque la douleur de perdre un enfant, et la possibilité qu'un jour, elle soit à nouveau maman.

Elle "avance". Ingrid Chauvin revient, cette semaine, dans les colonnes de Gala, sur le drame qu'elle a vécu il y a tout juste trois mois : le décès de sa petite Jade. "J'avance comme je peux. Je me force à regarder devant, à rester debout pour ma fille, confie l'actrice au magazine. Parce qu'en cinq mois et demi, Jade m'a prouvé qu'elle était très forte. C'était un bébé très enthousiaste avec un caractère exceptionnel et je me sens obligée de faire face pour elle. Je n'ai pas le choix". De la force, elle en a, elle aussi. Elle l'a prouvé en repartant au travail, sur le tournage d'un téléfilm pour la chaîne France 3, quelques semaines seulement après la tragique disparition de sa petite fille. Ingrid Chauvin n'imaginait pas, pourtant, pouvoir encaisser autant. "Avant ce drame, sincèrement, j'aurais pensé qu'il était impossible de vivre après ça. C'est vrai qu'il y a des moments où on a envie de se jeter par la fenêtre". Et puis, elle "pense à son mari, à sa famille" et se dit qu'elle doit tenir pour eux. "Je ne veux pas entraîner ma mère et mes grands-parents qui ont été aussi très fragilisés, dans ma douleur. Ma force, je la puise aussi là, dans la volonté de ne pas déstabiliser davantage mon entourage".
 
"Nous avons cette chance de pouvoir communiquer"
Cette épreuve, elle l'a, avant tout, vécu avec son époux, Thierry. Cela les a, comme elle le dit elle-même au magazine, "renforcés à tout jamais". Ingrid Chauvin parle même d'un "lien" qui les "unit désormais" et qui "durera jusqu'à la fin" de leurs jours, "voire au-delà". "Nous avons cette chance de beaucoup communiquer, d'être fusionnels, explique l'actrice à Gala. Bien sûr, on ne réagit pas toujours de la même façon au même moment, il faut apprendre à gérer cela, quand l'un est à terre, c'est l'autre qui le tire vers l'avant. Chacun son tour."
 
"Jade est là, malgré tout"
Ingrid Chauvin a, tout de même,"le sentiment que Jade est là, malgré tout". Elle continue d'ailleurs "à la faire exister, tous les jours, tout le temps", et "lui parle, passe des heures dans sa chambre". "Que ce soit à Paris ou à Cannes, tout est resté à l'identique, confie-t-elle, très émue. Je suis incapable de changer quoi que ce soit pour le moment..." L'actrice n'éprouve néanmoins pas le besoin d'aller voir un psychologique. "Je sais pourquoi je ne vais pas bien. Je sais quelle est la cause de tout cela. Je n'ai rien à dénouer. Il faut juste que, peu à peu, j'apprivoise ma douleur, que j'apprenne à vivre avec".
 
"J'ai donné ma vie à ma puce"
Aujourd'hui, Ingrid Chauvin n'éprouve ni colère, ni culpabilité. Juste de "la souffrance", du "chagrin". Elle est heureuse d'avoir, au moins, pu "passé ces cinq mois et demi auprès d'elle (NDLR : sa fille) en attendant l'opération". "J'ai donné ma vie à ma puce, le jour, la nuit, je dormais avec elle, sa petite main dans la mienne..." Et même si elle ne s'attendait pas à la voir partir cette nuit là - "quelques jours auparavant, on nous assurait encore qu'il n'y aurait jamais d'accident à la maison, qu'on pouvait vivre tranquillement" - l'actrice est, en quelque sorte, soulagée d'avoir pu accompagner sa fille "jusqu'au bout". "Même face à l'horreur de son départ, c'est un soulagement de se dire qu'on était là, auprès d'elle".
 
"Nous avons toujours voulu avoir une grande famille"
L'actrice dit aussi envisager d'être, éventuellement, un jour, à nouveau maman. Avec appréhension, toutefois. "Je me demande s'il est possible de redonner la vie quand on porte la mort d'un enfant si lourdement sur ses épaules, si cet autre enfant ne viendrait pas compenser le manque de Jade, remplir ce vide (...) mais en tout cas, Thierry et moi avons toujours voulu avoir une grande famille". "J'espère que la vie nous offrira ce cadeau", conclut-elle.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience