En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Gérard Depardieu rêve d'obtenir un passeport algérien

Article par O. de A. , le 16/06/2013 à 11h09 , modifié le 16/06/2013 à 11h11 0 commentaire

Six mois après la polémique autour de son exil fiscale, Gérard Depardieu s'est confié au JDD. L'occasion de mettre les choses au point et d'exprimer de nouvelles envies... couleur passeport.

Gérard Depardieu serait-il un globe-trotteur qui s’ignore ? L’acteur a déclaré au Journal du Dimanche (JDD) qu’il souhaitait avoir d’autres passeports. Lors de cet entretien, il en a profité pour régler ses comptes et revenir sur la polémique qui a émaillé son départ de France en décembre 2012. Depuis lors, il a obtenu la nationalité russe. A présent il nourrit d’autres ambitions :

 

"J'ai sept passeports de plusieurs pays que j'aime", confie-t-il au JDD. "Je vais d'ailleurs demander celui de l'Algérie (...) Je me considère comme un homme libre et un citoyen du monde".

Cette liberté revendiquée, n'est pas sans une pointe d'amertume puisque Gérard Depardieu estime avoir "été poussé à l’expatriation".

 

"Je ne suis pas parti"

"En France, je paie bien sûr des taxes, mais comme je ne vis pas là, je n'ai pas la CSG à payer, donc cela fait moins 30%. J'ai créé une société en Belgique tout à fait légale, sur laquelle je paie des impôts en Belgique, assure celui qui ne se considère pas comme un "exilé fiscal" : "J'ai juste dit à mon âge que [le taux d'imposition] sur ma personne était trop. J'aime les Français, je ne suis pas parti. Je suis né en France avec rien mais je fais vivre une centaine de personnes depuis 30 ans, insiste le comédien qui est également un entrepreneur notoire.

D’ailleurs en Russie il fait aussi des affaires : "Du commerce, de la restauration, du cinéma, de l'immobilier, du tourisme. Je suis en train de monter à Saransk un éco-tourisme", poursuit-il. 

 

"Ni de gauche, ni de droite" 

Quant à ses affinités politiques, Gérard Depardieu semble avoir pris le large. Il a "coupé le cordon" : "Je ne suis ni de gauche, ni de droite, je suis un homme vivant. Emerveillé par ce qui l'entoure". Et ce qui l’entoure, c’est le monde qu’il espère explorer des confins de la Russie aux rives algériennes.

 

Lire aussi : Gérard Depardieu : ses impôts iront dans les caisses russes

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience