En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Gérard Depardieu rend son passeport français

Article par Aurelya BILARD , le 16/12/2012 à 09h55 0 commentaire

L'acteur a écrit une lettre ouverte à Jean-Marc Ayrault dans laquelle il dit refuser le terme "minable" pour qualifier son départ pour la Belgique.

Le départ de Gérard Depardieu pour la ville de Néchin en Belgique fait grand bruit. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, lui-même, a commenté le déménagement de l'acteur de 63 ans. "Je trouve cela assez minable (...). Tout cela pour ne pas payer d'impôt", a-t-il déclaré le 12 décembre. Une phrase qui a mis le feu aux poudres. Le terme "minable" est resté en travers de la gorge du comédien qui a répliqué dans une lettre ouverte publiée dans Le Journal du dimanche (JDD) dans son édition du 16 décembre.

"Minable, vous avez dit minable ? Comme c'est minable !", attaque Gérard Depardieu. Et de poursuivre : "Je vous rends mon passeport et ma Sécurité sociale dont je ne me suis jamais servi. Nous n'avons plus la même patrie, je suis un vrai Européen, un citoyen du monde, comme mon père me l'a toujours inculqué."

Gérard Depardieu précise qu'il "ne demande pas à être approuvé" pour son départ mais il souhaite "au moins être respecté". "Tous ceux qui ont quitté la France n'ont pas été injuriés comme je le suis", a-t-il expliqué. Et d'insister : "Je n'ai jamais tué personne, je ne pense pas avoir démérité, j'ai payé 145 millions d'euros d'impôts en 45 ans, je fais travailler 80 personnes (...) Je ne suis ni à plaindre ni à vanter, mais je refuse le mot 'minable'." Il rappelle également qu'il a "toujours payé (ses) taxes et impôts" et a commencé à travailler en France "à 14 ans comme imprimeur, comme manutentionnaire puis comme artiste dramatique".

"Je pars après avoir payé en 2012 85 % d'impôt sur mes revenus. (...) Qui êtes-vous pour me juger ainsi, je vous le demande Monsieur Ayrault, Premier ministre de Monsieur Hollande, je vous le demande, qui êtes-vous ?", a-t-il déclaré.

Et de conclure : "Malgré mes excès, mon appétit et mon amour de la vie, je suis un être libre, Monsieur, et je vais rester poli."

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience