En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

François Hollande - Ségolène Royal : pour qui votent les enfants ?

Article par , le 03/04/2012 à 09h52 , modifié le 04/04/2012 à 12h32 13 commentaires

Une mère - Ségolène Royal - candidate malheureuse en 2007 ; un père François Hollande candidat en 2012. Et les enfants dans tout ça ? Quel rôle jouent-ils auprès de leurs parents ?

"Je suis blindé après ce qu'a subi Ségolène Royal en 2007 !". Sa cuirasse pour parer tous les coups et sa barbe mis à part, rien n'a changé chez Thomas Hollande. Mêmes cheveux hirsutes, même décontraction, même style vestimentaire entre le gendre idéal et le hipster du Canal Saint-Martin. Ce 26 mars 2012, c'est lui qui accueille Ségolène Royal dans le QG de campagne de son papa, François. "Quand même je t'embrasse" lance la mère à son fils aîné. Elle est venue inaugurer "Allo François", la libre antenne de la radio créée par les équipes web du candidat socialiste.

 

Il y a cinq ans, Thomas faisait campagne pour sa mère. Aujourd'hui, il est au service de son père pour qui il réalise une série diffusée sur Internet. Il est l'un des rares à peser auprès du candidat. "Dans une campagne, il y a un esprit de cour très fort. Moi, je n'ai rien à gagner, alors je suis franc", dit-il à une journaliste du Point. Certains affirment qu'il est l'artisan du lien retrouvé entre François Hollande et Ségolène Royal. Dans un livre paru récemment (Pour le meilleur et pour le pire de Nicole Leibowitz et ELisabeth Schemla), deux journalistes avancent que Thomas est le seul à pouvoir contrebalancer l'influence de Valérie Trierweiler, qui voit d'un mauvais œil le retour de l'ex dans l'équipe de campagne.

 

Thomas marchera-t-il sur les traces de ses parents ? "Il n'a pas envie d'une carrière politique, répond François Hollande. Ce n'est pas facile d'être le fils d'un responsable politique. Alors de deux...". Ségolène Royal se veut plus mesurée : "La politique lui plaît mais il veut construire son territoire lui-même." Une seconde version qui semble davantage coller aux plans du jeune avocat. "Je n'ai pas envie de mener une carrière en politique" tranche-t-il dans Le Parisien. Puis corrige dans un entretien à l'AFP : "Mais je ne me l'interdis pas".
Flora Hollande et Ségolène Royal en couverture du Gala de la semaine du 21 mars 2012.
Flora et Ségolène Royal complices dans le Gala du 21 mars

Pendant la primaire socialiste à l'automne dernier, Thomas n'a pas pu voter. Sa mère était candidate, son père aussi. "Je n'avais pas envie de choisir, tout simplement" justifie-t-il. Sa sœur Flora s'est elle engagée auprès de Ségolène Royal. "J'ai été la plus impliquée de la fratrie dans la campagne des primaires de ma mère" reconnaît-elle. Le soir du premier tour, elle a partagé les larmes de la candidate malheureuse. L'a réconfortée : " Il y aura 2017 !". Pour autant, pas question de miser sur une défaite de son père le 22 avril prochain. "Je pense qu'il peut l'emporter" analyse sereinement Flora Hollande. Elle assure que cela ne changerait rien à sa vie et à ses études de psychologie. " Ne comptez pas sur moi pour poser sur le tapis rouge !" lance-t-elle joyeusement. Et prévient, du haut de ses 19 ans : "Je n'exclus pas - pourquoi pas ? - de faire de la politique un jour ".
Après les "fils et filles de" dans le spectacle, va-t-on voir émerger une nouvelle génération de politiques bien décidés à se faire un prénom ?

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience