En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Exclusif - Rodolphe de Koh Lanta : "Je me suis contenu, mais j'avais envie de crier, d'être grossier !"

Article par , le 16/10/2009 à 23h26 106 commentaires

Rodolphe, le doyen exemplaire de Koh Lanta a été éliminé par ses adversaires. Pour nous, il a accepté de revenir sur son expérience.

Qu'est-ce qui vous a poussé à participer à l'aventure Koh Lanta ?
Ce sont surtout les enfants qui m'ont poussé au départ, et principalement le fils de ma femme. Je fais partie d'une grande famille recomposée, j'ai deux enfants et ma compagne également et son fils regarde Koh Lanta depuis longtemps. Il voulait à tout prix que j'y participe et il a réussi à convaincre tout le monde. Donc je m'y suis mis, on a fait la lettre ensemble et je l'ai envoyé. Je ne pensais pas être choisi parmi tous les candidats et finalement on m'a appelé pour un casting, puis un deuxième. Une fois qu'on est pris dans le jeu, on y va !
 
Vous n'avez eu aucune hésitation ?
Au début un peu, mais quand une chance comme celle-là nous tombe dessus, on ne peut pas refuser, on ne la vit qu'une fois dans sa vie. Il y a un tas de personnes qui voudraient y participer et qui n'ont pas l'opportunité. J'ai foncé et même si je n'étais pas préparé et que je ne connaissais pas les tactiques, les techniques à fond, je voulais faire de mon mieux pour aller le plus loin possible. 
 
Aviez-vous imaginé le niveau de difficulté de l'aventure ?
Je n'en avais aucune idée. Je suis parti la fleur au fusil, mais je savais que ça allait être très difficile, avec beaucoup de privations. Je n'avais jamais vraiment suivi Koh Lanta et au bout d'un moment, j'ai regardé sérieusement et je m'attendais à des privations, des difficultés, de la stratégie, mais c'est surtout la réaction de l'homme face aux difficultés qui m'a beaucoup surpris.
 
Qu'est-ce qui a été le plus difficile pour vous ?
Je n'ai pas vraiment souffert de la faim, mais ça n'est pas ce qui m'a dérangé le plus. En revanche, les nuits étaient vraiment horribles. On n'avait aucune notion de l'heure ou du temps qui passe. A l'origine je dors assez peu, donc quand je me couchais j'avais l'impression qu'on était bientôt le matin et on n'y était pas du tout. J'attendais le matin et ça paraissait interminable. Et puis à la fin, tout était cumulé, l'énervement, les privations, les défaites, ça devenait difficile, mais j'ai continué à m'occuper du camp et mon humeur n'a pas vraiment changé. Je suis resté moi-même, malgré la pression.
 
Vous attendiez-vous à être éliminé lors de ce conseil ?
Tout était possible après les éliminations de Freddy, Louis-Laurent ou Raphaële, mais on s'attendait évidemment ce que ce soit Fabienne ou moi. Psychologiquement, on était prêts, presque résignés, avec toujours un petit espoir.
 
Vous êtes resté intègre au moment de votre départ, est-ce que vous vous êtes retenu ?
C'est pas l'envie qui me manquait quand même ! Sur les deux derniers jeux, j'ai eu l'impression qu'on me volait quand même et qu'il y avait un grand complot. Au moment de mon élimination, je me suis contenu alors que j'avais envie de crier, d'être grossier ! J'ai quand même dit "Il y a des baffes qui se perdent" à un moment donné, je me retenais vraiment parce que ça n'était qu'un jeu, ça n'était pas la guerre. Ce n'est pas l'esprit que je donne à mes enfants, et je me suis retenu pour être en accord avec ma mentalité.
 
En avez-vous voulu à vos adversaires ?
Quand je suis sorti, oui pas mal quand même. Pendant deux trois jours après mon départ, j'étais très très énervé. Il restait peu de candidats et je ne me sentais pas loin du but, de la course d'orientation. Une ou deux places supplémentaires ne m'auraient pas dérangées ! Avec le temps, je me calme et je peux comprendre.
 
Si on vous proposait de le refaire, seriez-vous plus dans la stratégie ?
J'essaierais de la jouer plus stratégique, mais il y a un souci, je ne sais pas faire ! A chaque fois que j'essayais de faire dans la stratégie surtout quand il ne restait plus que Fabienne et moi, j'essayais de faire des alliances, mais même moi je n'étais pas convaincu ! Si l'occasion se présentait à nouveau j'essaierais, mais ça ne serait pas mon point fort.
 
Vous pensez que c'est le point fort de Patrick ?
Il n'avait que ça. Il n'était pas très fort sur le camp ni dans les épreuves, il laissait faire les autres et passait derrière. Au niveau stratégique, je lui tire mon chapeau, mais sur la façon de le faire, je n'ai pas du tout le même point de vue.
 
Portez-vous un jugement sur son attitude dans Koh Lanta ?
C'était sa cinquième tentative pour participer à Koh Lanta, donc c'était son Koh Lanta. Il nous a expliqué qu'il était différent dans la vie... Là-dessus, j'ai quelques doutes ! Dans la difficulté, la nature reprend le dessus, à moins qu'il n'ait tenu un rôle depuis le début, mais j'ai du mal à y croire.
 
Face à tant de stratégie, n'avez-vous pas eu envie de lâcher les autres candidats ?
J'ai pensé à m'occuper moins de la vie du camp, j'ai même pensé à les affamer ! J'aurais dû les affamer, ne pas continuer à les nourrir, peut-être qu'ils auraient lâché. Mais c'est pas dans ma nature et puis Fabienne était là, Christina aussi, je ne voulais pas les laisser à l'abandon.
 
Vous avez gardé contact avec les anciens candidats ?
J'ai des contacts réguliers avec Louis-Laurent, on s'appelle tous les deux ou trois jours, c'est pas moi qui appelle, c'est lui ! Avec Pascal également, Fabienne, je revois aussi les Marseillais Christina et Anthony de temps en temps. Il y en a d'autres avec qui ça n'a pas trop collé, si je les croise ou s'il y a du nouveau on s'appelle, mais rarement, il faut qu'il y ait quelque chose d'important. Je ne passerai pas mes week-ends avec eux.
 
Au final, quel souvenir gardez-vous de l'aventure Koh Lanta ?
Très belle expérience, très bon souvenir, aussi bien dans la difficulté que dans les bons moments. Les privations, les défaites, le mauvais temps, tout ça fait partie d'une histoire extraordinaire. Mes enfants, ma famille, mes proches en sont fiers.
 
Est-ce que participer à Koh Lanta a changé votre vie ?
Ma vision de la vie oui. Surtout au début, quand je suis revenu, rien n'était important. Tout ce qui était pas grave, je disais que c'était pas grave ! Et puis la vie reprend le dessus avec le temps, même si on me reconnaît dans la rue surtout en ce moment. C'est toujours très sympathique. Je continue de travailler, de bricoler, mais on a quand même un sentiment de bien-être c'est vrai. Je suis toujours le même, mais on me voit un peu autrement.
 
Vous avez plus apprécié de retrouver vos proches ou votre confort ?
Ma compagne et mes enfants évidemment. Ils m'ont beaucoup manqué quand même ! Quand on est dans Koh Lanta, on réfléchit, on se demande ce qu'ils font et tout ça. 
 
Quel candidat aimeriez-vous voir gagner cette année ?
Il n'en reste pas beaucoup après mon départ ! Il y a ceux que je verrais gagner et ce que je souhaiterais voir gagner ! Vu la stratégie de Patrick, je pense qu'il serait capable de tout écraser pour gagner, même si je me suis dit que si je devais voter pour lui, il faudrait que je me coupe la main ! C'est horrible, mais c'est comme ça. Sinon, je verrais bien Cristina, parce que c'est une petite sympa, elle s'accroche. Et puis Fabienne aussi, mais je ne sais pas s'ils lui laisseront la chance d'arriver à la course d'orientation, c'est pas sûr.
 
Vous seriez partant pour un nouveau Koh Lanta ?
J'aurais l'envie oui de revivre ça, mais après par rapport à mes proches, ce serait une nouvelle organisation. Enfin bon, on n'en est pas là !
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience