En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Exclusif Nikos : "Justin Bieber n'est pas un baltringue"

Article par , le 01/03/2011 à 18h10 , modifié le 03/03/2011 à 13h30 0 commentaire

Avant d'enregistrer l'émission 50 minutes inside, Nikos nous a reçu pour parler de sa carrière et de twitter, son péché mignon. Interview.

Plurielles.fr Tu es l'une des personnalités les plus influentes sur Twitter, comment as-tu commencé ?
Nikos : Je twitte beaucoup depuis quelques temps, je suis fasciné par la puissance et l'interactivité de la blogosphère, je fus l'un des premiers animateurs à twitter dans les coulisses des émissions. A la radio j'ai mon Ipad et je twitte, j'aime la promixité avec le public. J'ai commencé il y a 6 mois. Je n'ai jamais vraiment été Facebook... Il y a des faux Nikos, d'ailleurs, méfiez-vous !

 

Comment s'est passée la rencontre avec Justin Bieber ?
Ce gamin, c'est un phénomène mondial. Et même s'il est parfois facile de le critiquer, le gamin il assure ! Je n'ai jamais vu un tel engouement.
Exemple mes photos de lui sur twitpic ont été retwittées dans le monde entier. J'ai gagné beaucoup de followers avec ça.... Justin c ‘est un phénomène ! Ce n'est pas qu'un produit. L'impact de ce gamin est dingue ! Sa vie est comme une télé réalité, passée par le net. Tu n'arrives pas au Madison Square garden par hasard. Justin Bieber n'est pas un baltringue : il a du charisme, il travaille et il assume ! Il assure totalement le côté business, c'est très américain. C'est un gamin de 16 ans, mais il est très pro.... Il sort du vernis à ongle et en même temps enregistre un duo avec Chris Brown.
Pour vous expliquer comment s'est décidée sa venue sur le plateau de 50 Minutes Inside, j'ai dealé sa venue en direct avec le producteur, personne n'était au courant. Avec les américains, c'est toujours très compliqué... Quand Britney est venue à la Star Ac il y avait des tabous, une consigne selon laquelle il ne fallait pas la regarder dans les yeux. C'est dingue, mais ce n'est pas la faute de la gamine, c'est son entourage
Mais pour Bieber, c'est un truc de fou, je n'ai jamais vu autant d'effervescence : des mômes qui campent pour voir ce gosse. Quand il casse une guitare chez moi, ça fait le buzz, on a fait la une de l'édition électronique du Daily News pendant 24 heures !

Sur un direct de type Star Ac ou NMA, tu es stressé ?
Ce sont les autres qui ont peur ! Moi j'aime bien cette effervescence. J'aime bien quand tout le monde flippe... mais je n'ai pas peur de l'arène. J'aime me confronter à une situation qui n'est pas gagnée d'avance. Peut-être qu'au fond j'ai plus peur qu'eux... En 10 ans j'ai fait près de 250 primes, j'ai appris un métier ; une semaine avant de faire la Star Ac je présentais le JT. Je n'ai jamais vraiment quitté l'info. Si je devais revenir à l'info, je le ferai différemment. Faire le 20h à un moment de ma carrière pourquoi pas. Mais je présenterai le JT autrement que quand j'étais sur TMC. Je suis très admiratif de journalistes à la Larry King capables d'interviewer le président des Etats-Unis et une bimbo avec le même talent et surtout en étant eux mêmes.

En France, on a du mal à faire l'animateur et être journaliste ?

Sur LCI je pouvais interviewer un philosophe et un écrivain et le soir je faisais le show sur tF1 avec Elton John... les étiquettes, ce n'est pas important. J'ai toujours assumé cette double schizophrénie. Je prends du plaisir... j'ai fait des bouquins, je fais l'éditorialiste dans un quotidien grec , enregistré un disque et en même temps je peux réveiller les français à la radio dès 6h du mat! Tout ça me ressemble... Un journaliste peut animer, un animateur devient rarement journaliste.

Comment es-tu arrivé là ?
J'ai commencé comme jeune journaliste à la radio sur RF1 et Radio Notre Dame... et je vois une annonce, c'était le lancement d'Euronews. J'ai participé à créer les concepts phares de cette chaîne. Et puis j'ai passé un casting pour présenter le journal de TMC, j'ai été pris... j'étais le premier surpris. J'ai interviewé des personnalités politiques de stature internationale, c'était ma meilleure école.
Christine Bravo est venue me chercher pour Union Libre, j'étais rédac chef et puis ils cherchaient un mec, et j'ai fait le grec.... Parallèlement on m'a proposé le 20h à Athènes que j'ai fait en parallèle...Et là surprise Mougeotte m'appelle sur mon portable, pour faire des magazines et il me propose la Star Ac, personne ne voulait. Il voulait un journaliste pour faire l'animateur. Là c'est la très grosse artillerie, j'ai appris un métier ! C'est vrai, j'ai un parcours atypique, aujourd'hui je fais ce que j'ai envie de faire.

 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience