En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Exclusif - Anthony de Koh Lanta : "Je ne suis pas très camping, je suis plutôt hôtel !"

Article par , le 04/09/2009 à 22h30 3 commentaires

Sauvé après sa défaite à la toute première épreuve, Anthony, le sympathique marseillais, a malheureusement été éliminé par ses coéquipiers à la suite du premier conseil des Mawaï. Découvrez ses impressions.

Comment avez-vous vécu votre élimination dès la première épreuve de Koh Lanta ?
Je ne m'attendais pas du tout à finir l'aventure aussi vite. Même si je savais que j'avais un manque physique, puisque je n'ai jamais été un grand sportif, j'étais parti nature, et je savais que j'avais un bon moral pour participer à l'aventure. Mais je ne pensais pas du tout être perdant dès le début. On était tous inquiets, mais c'est un enchaînement qui a fait que je me suis retrouvé dernier.
 
Vous avez beaucoup dit que votre mental pourrait compenser vos faiblesses physiques, regrettez-vous de ne pas vous être plus préparé pour l'aventure ?
Je n'ai aucun regret, ça n'aurait pas été moi sinon. Je n'ai jamais été un grand sportif et c'est pas pour Koh Lanta que je me serai mis à courir tous les jours. Je savais que dans ce genre d'aventure, ce ne sont pas forcément les plus forts qui gagnent. Moralement, j'étais préparé et je savais à quoi m'attendre, je savais que je partais à la guerre là-bas !
 
Mais ça a quand même été pire que ce que vous imaginiez...
Bien sûr. Surtout qu'être éliminé aussi vite, c'est terrible. Je me suis dit que ça n'était décidément pas fait pour moi.
 
On sent que votre famille ne vous voyait pas vraiment dans cette aventure, qu'est-ce qui a motivé votre participation à Koh Lanta ?
C'est vrai que je n'ai pas l'âme d'un aventurier. Je n'ai jamais été du genre à partir, je ne suis pas très camping, je suis plutôt hôtel ! Mais ma mère est très fan de Koh Lanta, elle a tout suivi et elle m'a dit de postuler. Pas de problème, j'ai postulé ! La chance est tombée sur moi. Je suis parti pour Koh Lanta comme je suis dans la vie de tous les jours. Je n'ai pas cherché à être quelqu'un d'autre, le seul atout que j'avais c'est que je m'étais préparé à vivre quelque chose de très très difficile. Et je suis sûr qu'à 50 ans, je n'aurais pas fait pire !
 
Qu'est-ce qui a été le plus difficile pour vous ?
La défaite à la toute première épreuve a été très difficile. En plus, il faisait une chaleur étouffante, j'ai passé quatre heures à chercher de l'eau et puis il y a eu le duel avec la dix-huitième candidate qui était une adversaire de taille. Mais j'ai gagné et alors que je pensais retrouver les équipes, je me suis retrouvé tout seul. Je n'aime pas trop être seul, je suis quelqu'un de sociable et là, me retrouver sur une île, seul au monde, au milieu de la jungle, ça a été très difficile. Je ne crois pas ceux qui me diront que ça se fait facilement, c'est une épreuve très très très difficile.
 
Comment vous-êtes vous organisé seul sur cette île ?
Il fallait que je me construise un abri pour le feu et très franchement à ce moment là, je ne savais pas du tout si je resterai un jour, six jours ou quarante ! Je me suis même dit qu'ils voulaient un peu de nouveauté et qu'il y aurait l'équipe jaune, l'équipe rouge et pendant ce temps, l'homme seul sur son île ! Je m'étais préparé au pire et donc que j'allais resté quarante jours tout seul. J'avais du fil de pêche, un kilo de riz pour moi tout seul, donc je me voyais resté là.
 
Racontez-nous votre nuit en solitaire...
Ah ben quand la nuit est passée, je me suis dit que je ne pourrais jamais y passer une nuit de plus ! On ne voyait pas à 20 centimètres, tous les animaux de la jungle sont venus me dire bonjour, c'était la file d'attente sur la plage. En France, les oiseux chantent le jour et la nuit, ils se taisent, là-bas, ils chantent le jour, la nuit ils continuent et leurs cousins et cousines viennent aussi ! Ça fait un sacré bruit ! J'ai réussi à tuer quelque chose avec une machette, bon, en même temps, je me suis un peu chopé la main, mais je tiens à le préciser, je me suis bien défendu ! Je sais pas ce que c'était, mais il était gros !
 
Au final, quel souvenir gardez-vous de cette expérience ?
Très positif. En étant seul comme je l'ai été, j'ai réalisé à quel point tout manque quand on est dans ce genre de situation. C'est incroyable. C'est la première chose que je me suis dit pendant ma première nuit, on se rend compte à quel point on a de la chance d'avoir tout ce qu'on a.
 
Pensez-vous que Koh Lanta a un peu changé votre vie ?
Pas ma vision de la vie, mais ça reste gravé et c'est pas prêt de partir ! Koh Lanta, c'est une aventure qu'on n'oubliera jamais. J'ai été soumis à rude épreuve, et il m'est impossible d'oublier ça.
 
Après-coup, en avez-vous voulu à vos coéquipiers de vous avoir éliminé ?
Après coup, je ne cache pas que je leur en ai beaucoup voulu, dans le sens où je savais que dans Koh Lanta, il y avait beaucoup d'épreuves dans l'eau. Et moi dans l'eau, je m'en sors bien et je me suis dit qu'ils n'auraient pas dû m'éliminer, parce qu'à ce niveau j'aurais pu être un plus dans l'équipe.  L'élimination s'est jouée entre Claire et moi et je pensais que Claire était moins forte que moi, sans prétention bien sûr. Mais il me semblait que si elle était éliminée, on serait en supériorité masculine et que c'était mieux pour toute l'équipe. J'étais déçu parce que j'avais encore des choses à montrer et je voulais rester un maximum de temps.
 
Comment avez-vous vécu le débat au sein de votre équipe pour savoir qui allait être éliminé ?
Ça se jouait entre Claire et moi et tout le monde disait pour qui il allait voter. Je me suis énervé parce que si Claire partait le soir même, en gros, j'étais le prochain à sauter. Et ça m'a énervé parce qu'ils parlaient déjà du futur conseil sans prendre en compte ce qui allait se passer. Bon cela dit, ils n'ont peut-être pas tous dit la vérité à ce moment, si ça se trouve ils avaient tous l'intention de voter contre moi parce que j'étais le dernier arrivé.
 
Malgré tout, avez-vous gardé contacts avec d'autres aventuriers ?
Bien sûr, bien sûr ! Ce n'est qu'un jeu, on gagne, on perd, c'est comme ça. En gros, je suis resté en contact avec la plupart des aventuriers. Un peu plus avec Rodolphe, Christina et Louis-Laurent, mais de toutes façons, on a cette aventure en commun. Qu'on ait gagné ou perdu, on a tous Koh Lanta qui nous rattache.
 
Avez-vous l'impression d'être devenu plus aventurier ?
Moi, je suis parti, j'étais pas aventurier et sur place, ça ne m'a finalement pas dérangé plus que ça. Ce qui m'a gêné le plus, c'était le manque de repère dans le temps. On ne savait pas à quelle heure la nuit tombait, ni à quelle heure on se réveillait. Parfois, on se réveillait et on attendait que le jour se lève et ça ne venait pas, on était encore en pleine nuit. Ne pas savoir quelle heure il est, c'est horrible, c'est le pire.
 
Pire que le manque de nourriture ou les conditions climatiques ?
Oui, même par rapport la nourriture. Au bout de deux jours, tout le monde en souffrait. Celui qui me dit qu'au bout de sept jours il est en pleine forme sans avoir mangé, je ne le crois pas. Sans manger pendant deux jours, on était tous au même niveau, sur un pied d'égalité. Et puis les conditions climatiques étaient terribles, on a eu beaucoup de pluie, c'était affreux !
 
Quel aventurier aimeriez-vous voir gagner ?
Je pense qu'il n'y a pas de profil type pour gagner Koh Lanta. Ça dépend du mental et de la stratégie des éliminations. Selon moi, ça peut être un fort, un faible, un homme, une femme, n'importe qui peut gagner Koh Lanta. D'ailleurs, si je me souviens bien, ça n'a jamais été le plus fort des candidats qui a gagné Koh Lanta.
 
Et si on vous proposait de refaire Koh Lanta, vous accepteriez ?
Oh oui, j'accepterai je crois ! Pour essayer d'aller plus loin, et aussi parce que j'ai un peu regretté quelque chose au moment du débat dans mon équipe pour savoir qui de moi ou de Claire devait partir. En fait, dans la vie, je sais embrouiller les gens ! Après coup, j'ai regretté de ne pas avoir dit à untel "Mais tu es fada, tu vas regretter de ne pas essayer, tu vas pas m'éliminer moi !", j'aurais peut-être dû faire ça. Mais j'étais tellement contrarié que j'ai un peu tout envoyé balader.
 
Comment se sont passées vos retrouvailles avec votre femme à Marseille ?
C'était presque plus difficile de rentrer pour moi que de partir à Koh Lanta. Partir comme ça à l'aventure, sans pouvoir donner de nouvelles, c'était difficile, mais quand je suis rentré, je me suis senti encore plus amoureux !
 
C'est une belle conclusion non ?
Oui mais Koh Lanta restera quand même l'épreuve de ma vie. Je ne me voyais pas du tout tenter une aventure pareille et du coup, aujourd'hui, je me sens plus aventurier ! Bon, attention hein, de moi-même, je n'irai pas dormir dans la forêt, mais j'y ai participé, comme ceux qui sont restés plus ou moins longtemps. On reste tous des aventuriers.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience