En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Elisabeth Bost, ex-compagne de Jean-Luc Delarue, brise le silence

Article par , le 05/12/2013 à 13h01 , modifié le 05/12/2013 à 13h04 0 commentaire

Elisabeth Bost a décidé de prendre la parole. Elle est revenue, dans les colonnes de Paris Match, sur les critiques dont elle a été victime depuis le décès de son ex-compagnon Jean-Luc Delarue.

Le combat d'une mère : Elisabeth Bost. L'ex-compagne de Jean-Luc Delarue, décédé le jeudi 24 août 2012, a décidé de prendre la parole. Depuis plusieurs mois, en effet, cette dernière se livre, dans l'ombre, un bras de fer avec Anissa Delarue, veuve de l'animateur et est la cible de nombreuses critiques. C'est pour son fils, que la journaliste a accepté de se confier à Paris Match. « Depuis l'annonce du décès de Jean-Luc, j'ai fait fi de tout ce que l'on propageait à mon sujet parce que Jean avait besoin de toute mon attention », explique-t-elle. « Il n'était pas question de perdre mon temps à répondre aux calomnies, ou de contribuer à ce cirque médiatique indigne. Je pensais que ça allait se calmer mais, puisque cela recommence et atteint mon fils au moment où il retrouve un équilibre fragile, j'ai décidé de prendre la parole ».

Elisabeth Bost confie, en effet, que son garçon âgé de 7 ans est touché par les déclarations qui sont faites sur sa mère. « Autour de lui, les enfants répètent, sans filtre ce que racontent « les grands » ». Il aurait, par exemple, entendu dire que sa maman « était méchante », lors d'une sortie au parc. « C'est difficile pour un petit garçon de se construire sans père, mais si, en plus, on attaque sa mère, cela devient impossible ».

Dans la suite de l'entretien, Elisabeth Bost affirme que, contrairement à ce qui a été dit, Jean a vu son père jusqu'aux derniers instants de sa vie, à son domicile, puis à l'hôpital. « Avant chaque visite, Jean préparait un petit cadeau, un dessin, des Lego... », ajoute-t-elle. Le pire moment de sa vie ? Le jour où elle a dû annoncer à son fils le décès de son père. « Il fallait trouver les mots justes, sachant qu'ils lui briseraient le cœur et resteraient à jamais gravés dans sa mémoire ».
Elisabeth Bost souhaite aujourd'hui rétablir la vérité, non pas pour elle mais pour le bien-être de son fils. « Ce qui me révolte, c'est qu'on puisse tenter d'instiller un doute dans l'esprit de notre fils en allant lui dire que ses parents ne se sont pas aimés. Suggérer que sa mère l'empêchait de voir son père mourant, c'est ignoble. Heureusement, j'ai des photos, de belles lettres, des témoignages de notre entourage qui, si Jean doute un jour, lui prouveront qu'il est le fruit d'une jolie histoire d'amour", déclare-t-elle. 

Elle revient également sur les raisons qui l'ont poussée à demander le retrait de Carnets secrets, l'autobiographie posthume de Jean-Luc Delarue, qu'elle juge diffamatoire. La préface stipule "Textes compilés par Anissa Delarue". "Les passages qui nous concernent Jean et moi sont orduriers. Un livre, qui, en gros, dit : 'Ta mère est une catin choisie au hasard de mon répertoire, et je n'ai jamais eu envie de te concevoir. » Un témoignage poignant qui risque, sans aucun doute, de faire parler de lui.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience