En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Décès de Jean-Luc Delarue : Le vibrant hommage de Frédéric Mitterrand

Article par , le 29/08/2012 à 11h30 0 commentaire

Depuis l'annonce de la mort de Jean-Luc Delarue, vendredi dernier, les hommages se multiplient. Frédéric Mitterrand a tenu à lui faire un dernier adieux, chargé en émotion...

C'est non sans une certaine émotion que le petit monde de la culture et de la télévision a rendu un dernier hommage à Jean-Luc Delarue, décédé vendredi dernier, des suites d'un cancer de l'estomac et du péritoine. Christophe Dechavanne, Flavie Flament, Daniela Lumbrozo, Florian Gazan, ses proches et ses confrères, il étaient tous présents sur le plateau de France 2, mardi soir, pour partager leurs souvenirs et raconter des anecdotes au sujet sur de cet homme "généreux".

Emu aux larmes, l'ex-ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand a tenu à partager avec le public le lien fort qu'il entretenait avec Jean-Luc Delarue. "J'aimais énormément Jean-Luc", a-t-il confié. "J'étais sensible à son charme. Ses lunettes étaient le signe d'une certaine fragilité. Pour être tout à fait honnête, je regardais très peu ses émissions. Mais lorsqu'il y a eu l'histoire de la coke et qu'il y a eu une atmosphère de lynchage autour de lui, je lui ai envoyé un mot pour lui dire que c'était un type bien et que j'étais avec lui. Ca a créé une relation d'amitié".

Une relation d'amitié qui n'a cessé de se renforcer au fil des mois. "Je crois que pendant ces 18 mois, nous nous sommes vraiment connus", a-t-il poursuivi. "Nous sommes devenus amis. Il venait souvent me voir au Ministère. Il était d'une extrême modestie et gentillesse. Nous avons partagé plusieurs repas. Au cours de l'un d'eux, il m'a dit qu'il se sentait fatigué et qu'il allait aller voir le médecin. Deux jours après, il m'a envoyé une lettre. C'est certainement la plus belle lettre que j'ai reçu d'une personne. Une semaine après il a appris qu'il avait un cancer".

Frédéric Mitterrand explique qu'il a été présent à ses côtés jusqu'aux derniers instants de sa vie. "Je me demandais comment je pouvais lui faire plaisir. Je lui ai offert une anthologie de la poésie française. Le 12 juillet, lorsque je suis allé le voir à l'hôpital du Val-de-Grâce, il souffrait beaucoup. Je suis aperçu que l'anthologie était à côté de lui. Il était très fatigué, il n'avait pas la force de lire mais un poème, on peut toujours le lire... Toute sa vie, Jean-Luc Delarue a partagé des poèmes avec les gens avec qui il était. C'est pour ça que je l'aime beaucoup".

Jusqu'au bout, l'animateur-producteur s'est battu. C'est pour ses proches qu'il a livré ce dernier combat. "Il n'avait pas peur de la mort", a affirmé Frédéric Mitterrand. "Mais il avait peur de ne plus vivre. Il avait peur de perdre son fils et sa femme exquise. Il était malheureux de ne pas voir son fils suffisamment. Il avait des dessins de lui accroché juste au-dessus de son lit".

 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience